Une autre femme du MRC défie Paul Biya

Le message de la troisième personnalité (2ème vice-présidente) du directoire national du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun a été délivré lors d'une la table ronde organisée au siège national de ce parti à Yaoundé pour débattre des droits de la Femme, Flamboyante de détermination, Tiriane Noah n'y est pas allée du dos de la cuiller. Selon elle, c'est depuis le 07 octobre que le MRC a gagné le combat politique qui l'oppose au régime Biya. Ci-dessous, son discours : " C'est dans un contexte particulier que nous célébrons cette journée de la femme. Le satrape nous met à l'épreuve mais il ne pouvait imaginer notre niveau de détermination. Ne dit-on pas à vaincre sans péril, on triomphe sans gloire? C'est en sortant vainqueur de cette épreuve que nous pourrons savourer toute la joie de notre victoire. Oui, nous allons gagner, nous avons même déjà car les actes de l'ennemi ne sont rien d'autre que la manifestation de la panique. Nous allons gagner, nous devons gagner pour notre pays, nous devons gagner pour notre peuple. Croyants nous faire, ils renforcent chaque jour notre engagement et notre détermination. Ils ont fécondé, des milliers de KAMTO, des milliers de Ndocki, des milliers de Penda, des milliers de Kingue, des milliers de Valsero, des milliers Ngono, des milliers de Fogue et décuplé des milliers de tous ces jeune filles et de ces jeunes garçons, des milliers de ces femmes femmes séquestrés pour avoir commis le crime de jouir de leurs droits constitutionnels. Par leur violence, ils nous ont guéri de la peur. Chères camarades contrairement, à la politique d'aliénation des masses de ce qui nous gouvernent en détournant les célébrations des journées de reflexion de leur objet en les transformant en journées de réjouissance, d'agapes et d'excès en tout genre, la journée internationale est le jour d'évaluation de la prise de conscience de la femme. C'est le jour ou les femmes évaluent leur impact, leur influence, leur apport dans l'évolution du monde et leur prise en compte par la société à travers le respect de leurs droits en tant que des personnes à par entière. En ce qui concerne notre pays, le contexte actuel est suffisamment révélateur de la violence d'État sur les femmes. Notre camarade Michèle Ndocki est le symbole vivant de cette violence. Comment peut-on imaginer qu'un homme qui a une femme et des enfants poursuive une femme à mains nues, là coincer dans un coin et tirer sur elle de sang froid! Celà se passe malheureusement dans notre pays. Chères camarades, au nom de notre responsabilité naturelle en tant que mères de l'humanité, nous ne pouvons abandonner. Nous avons le devoir et l'obligation de protéger nos enfants, nos familles et notre pays. Je sais que la tâche d'éduquer et de réarmer moralement les populations est ardue quand on connait le niveau de délabrement mental dans lequel ce système nous a plongé, mais nous devons faire preuve de témérité, de tolérance et de patience. Le plus difficile était de commencer et nous l'avons déjà fait. J'ai ainsi une pensée pour ANNICK NGALEU,MME SAMIRATOU, MME NOUTCHANG, JULIENNE ATSO et les autres. Nous devons veiller à ce que cette flamme ne s'éteigne plus jamais. Chère camarade, c'est un honneur et une fierté pour moi d'appartenir à ce groupe. Le MRC n'est plus seulement un parti politique mais un état d'esprit, une philosophie. L'adversité nous a rendus plus forts et plus soudés et ensemble nous vaincrons. Vive les femmes Vive le patriotisme Vive le Cameroun."

Social

  • Mobile App