Un nouveau scandale de corruption ébranle le ministère des Finances

Le Minfi a autorisé la prise en charge à hauteur de 10 milliards Fcfa, des prestations Les entreprises dont les prestations de 2013 à 2017 avaient été inventoriées et qui devaient être prises en charge dans l’enveloppe de 10 milliards Fcfa débloquée depuis mai 2018 par le ministre des Finances en vue du règlement d’une partie de la dette intérieure font l’objet d’un racket. C’est le dossier qui aurait emporté l’ex-sous-directeur du contrôle financier Mathurin Nnang. Deux mois après son arrivée à la tête du ministère des Finances, Louis Paul Motaze a autorisé, par décision du 24 mai 2018, la prise en charge à hauteur de 10 milliards Fcfa, des prestations réalisées par les Petites et moyennes entreprises (Pme) et n’ayant pas été prises en compte dans le budget de l’Etat, de 2013 à 2017. Cette décision faisait suite à un inventaire réalisé sur les dépenses tombées dans le clos, c’est-à-dire, engagées mais non ordonnées par l’Etat. Les entreprises répertoriées, 303 au total, ont tout de suite pris attache comme demandé par le Minfi, avec les services financiers des maîtres d’ouvrage concernés, pour transmission des pièces justificatives de leurs créances à la Direction générale du budget.

Listen Audio on audio.237story.com

Social

  • Mobile App