Sud,vallée du Nyem:le préfet veut rendre réelle la libre-circulation

C’est le département frontalier avec le Gabon et la Guinée équatoriale et qui dispose plusieurs barrages mixtes de sécurité à la dizaine de kilomètres.Las de vivre l’efficacité de tous ces postes de contrôle, l’autorité administrative en a décidé autrement depuis quelques jours. Les barrages mixtes de « nuisance » sont supprimés. C’est la mesure de la portée de cet arrêté préfectoral rendu publique récemment avec application directe dans l’ensemble de sa zone de compétence. Une mesure que les populations locales, les voyageurs de la zone aux trois frontalières applaudissent à deux mains pour dire merci à l’autorité administrative. Après la réouverture récente de la frontière équato-guinéenne étaient évoquées comme frein fondamental, la forte présence au kilomètre de plusieurs barrières de contrôles. Quelques jours après, le 2 ème adjoint au maire de Kyé-ossi organisait une opération de destruction des postes de contrôles adventistes qui spolient l’environnement dans cette zone frontalière. N’ont eu la vie sauve que le poste de douane et la police des frontières normal, ces structures ont une fonction bien définie et circonscrite. On pouvait déjà circuler librement que non, les esprits ingénieux ont plutôt décalés de l’intérieur pour continuer leur sale besogne en multipliant les barrages mixtes de sécurité. Alors, le pays est débout et force doit revenir à la loi impulsée par l’autorité administrative. C’est bien dans ce sens que Queton Handerson Kongeh préfet du département de la vallée du Ntem a signé cet arrêté qui fait tordre le cou à toutes ces pratiques honteuses infligées aux citoyens camerounais et ceux de la zone Cemac sur cet axe routier. La récréation est terminée selon le préfet, « en plus des barrages mixtes sont concernés également, les points de dépotage commis pour le guichet unique hors des postes frontaliers de sécurité sauf sur autorisation spéciale. Les barrages mixtes sur la route sont limités à un seul entre deux arrondissements et placés sous la coordination du préfet de la vallée du Ntem. En tout état de cause, les distances entre 02 barrages mixtes de sécurité ne doivent être en aucun cas situées à moins de vingt-cinq kilomètres. Toutes les autres unités des services de sécurité notamment d’arrondissement limiteront leurs missions de contrôle sur les routes rurales ou secondaires ». Le patron du département de la vallée du Ntem rappelle que le non respect à ces indications ou toute autre contravention aux dispositions du présent arrêté préfectoral sera sanctionné. Ainsi, il attache entièrement du prix à l’application stricte de toutes les dispositions de son arrêté. Les sous-préfets, les maires, les responsables des services de sécurité, les délégués départementaux et assimilés et tous les services publics et parapublics et privés, les chefs traditionnels sont chacun à son niveau de l’exécution stricte du présent arrêté. Il faut noter également que, les services de la délégation départementale de transport de la vallée du Ntem et le peloton routier motorisé sont soumis à un régime de l’autorisation périodique en un seul endroit dans le département. Pour Jeanne Mengue commerçant au marché de Kyé-ossi, « c’est une mesure à saluer, il est question maintenant de l’étendre dans la durée. C’est un coup d’accélération donné à la libre-circulation souhaitée par les chefs d’état de la Cemac. Ces mesures appliquées permettront de booster l’économie de la zone, les citoyens camerounais vont tous les jours en Guinée équatoriale et au Gabon et inversement. Ainsi, s’estomperont les rejets des citoyens des autres états pour devenir, citoyen de plusieurs nationalités qui se sentira partout chez lui et ceci dans le strict respect des règles de chaque état ». Nous pensons que toute marche commence toujours par un pas, le second pas viendra avec ses améliorations aussi pour que les populations savourent réellement la libre-circulation.

Listen Audio on audio.237story.com

Social

  • Mobile App