[Sport ] La Fécajudo éclaboussée par une affaire de bourse

La double championne d’Afrique de Judo Hélène Wezeu attend toujours la bourse promise par sa fédération. Voici plus trois mois qu’elle patience en vain. Le 5 juillet 2020, la Fédération camerounaise de Judo annonçait ouvertement que le Comité national olympique et sportif du Cameroun avait accordé une bourse à la double championne d’Afrique de Judo Hélène Wezeu. Heureuse, la judoka s’était empressée de partager la bonne nouvelle : « J’ai reçu pas mal de félicitations. J’étais la première surprise, la première ravie par cette nouvelle, parce que je me suis dit : enfin les choses commencent un peu à bouger ; enfin je pourrais mieux me concentrer sur ce que j’ai à faire avec un peu plus de facilité, parce que c’est vraiment difficile de devoir tout organiser », racontait-elle. Rendus au mois d’octobre, Hélène Wezeu doit reprendre ses activités avec des séances d’entraînements quotidiennes. Malheureusement, elle n’est toujours pas entrée en possession de sa bourse. Lasse d’attendre, la jeune dame va perdre patience, dénonçant la situation qu’elle vit sur sa page Facebook. « Mon post était clair. J’ai juste dénoncé une situation que je vis et pour m’exprimer par rapport à la frustration que cela apporte dans ma vie et dans cette course que je mène depuis quelques années par rapport aux Jeux olympiques de Tokyo qui arrivent », explique Hélène dans les colonnes du journal Le Jour n°3278. Sa publication va provoquer la colère d’Alain Christian Kingue, le président la Fédération camerounaise de judo ( Fécajudo). « Malheureusement, la Fécajudo s’est sentie particulièrement concernée par ce post et leur réaction a été une grande surprise. Le président de la fédération en a fait un cas personnel et use de toutes les voies possibles, par l’intimidation, la diffamation, les menaces », confie l’athlète. « Cette situation m’intrigue et je me dis qu’en disant tout haut, en parlant de tout cela peut être dévoilé une situation que certaines personnes auraient préféré qu’elle reste secrète. Il s’agit de ma vie et je pense que j’ai le droit de dire tout, des choses qui me concernent », indique-t-elle.

Listen Audio on audio.237story.com

Social

  • Mobile App