[Sport] Football : Péril sur le démarrage des championnats

Le lancement des activités, le 18 octobre prochain, pour la saison sportive 2019-2020, court le risque d’être sacrifié sur l’autel des attaques et contre-attaques proférées par Seidou Mbombo Njoya et Pierre Semengue. Les années antérieures, le démarrage des championnats nationaux de première et deuxième divisions connaissait de multiples renvois avec pour fondement des problèmes financiers et autres dysfonctionnements d’ordre administratif. Cette saison sportive 2019-2020, cela pourrait se coincer à cause d’un conflit qui oppose Pierre Semengue au nouvel exécutif de la Fédération camerounaise de football (Fé :afoot) que gouverne Seidou Mbombo Njoya depuis le 18 décembre 2018, pour l’avoir suspendu, le 03 septembre 2019, de ses fonctions de président de la Ligue de football professionnel du Cameroun (Lfpc). En fait, tout commence à la suite d’une crise déclenchée entre la Lfpc et les clubs de première et deuxième divisions de football professionnel. La Fécafoot décide alors de mettre sur pied un Comité chargé de réfléchir sur l’avenir de la Ligue. Il n’est plus question pour l’instance faîtière du football camerounais, de renforcer sa collaboration avec la Ligue dans le but de l’accompagner vers une professionnalisation effective. Le 22 août 2019, la Fécafoot, par la voix de son président, décide de suspendre la Lfpc. Cette décision est rendue publique le 03 septembre. «La page de la Ligue est tournée. Le président de la Fécafoot, le comité d’urgence et le bureau exécutif avaient pris cette décision pour reprendre les choses en main et que les élections soient faites un peu plus tard. Maintenant, si quelqu’un veut être président de la Ligue, il n’a qu’à se préparer pour aller aux élections», déclarait la semaine dernière un président de club et membre du comité exécutif de la Lfpc, soutenant mordicus que «les championnats démarrent le 18 octobre 2019. Comme lui, plusieurs autres présidents de clubs sont radicaux. Par contre, Pierre Semengue soutient qu’il dispose de la légitimité des urnes qu’il est décidé à défendre. Car, élu à la, présidence de fa Lfpc, le 26 juillet 2016, pour un mandat de quatre ans qui arrive à échéance le 31 août 2021. Le 27 septembre 2019, celui qui est considéré comme «président d’honneur de la Fécafoot avec un statut privilégié», a adressé une correspondance de neuf pages à la secrétaire générale de la Fédération internationale de football association (Fifa), la Sénégalaise Fatma Samoura, dont l’objet porfe «informations sur les violations graves des dispositions légales et statutaires par la Fécafoot». Dans ce pamphlet, l’ancien président du Tonnerre de Yaoundé dénonce les maladresses de la Fécafoot qui, selon lui, «méprise les institutions de la République du Cameroun sous le prétexte d’une immixtion du politique dans les affaires sportives». Une Fécafoot, renseigne-t-il, qui «fait l’apologie de la corruption tant combattue par la Fifa». Au bout du compte, Pierre Semengue propose comme une solution de sortie de crise à la Fifa, l’achèvement de son mandat qui arrive à échéance en juillet 2020. Convaincu de ce qu’il est dans son bon droit et que’ les instances judiciaires saisies le conforteront dans cette posture, il soutient que «le préalable à toute négociation est le retour à la légalité».

Website to visit

Social

  • Mobile Apps