[Sport] FECAFOOT - Le Coq sportif : Seidou Mbombo Njoya maintien l'opacité

Le président de la Fécafoot ne croit toujours pas devoir donner suite à la demande de clarification du Minsep sur la problématique des équipements des sélections nationales de football du Cameroun. Les interpellations du patron des Sports en direction de la Fécafoot sont restées sans réponse jusqu’à ce jour. Comme pour apaiser l’opinion publique de plus en plus dubitative sur la question, le 1er vice-président a lâché quelques bribes d’informations. Au terme d’un match de l’Elite 1 au Centenary stadium de Limbé, aux journalistes l’ayant interpellé sur le sujet, comme pour répondre à Narcisse Mouelle Kombi, que le contrat avec Le Coq sportif sera signé le 10 janvier 2020 », et qu’il y a « une lettre d’intention qui est déjà signée depuis longtemps ». Par la suite, il fait savoir que « pour des raisons de calendrier propre aux deux parties, le contrat n’a pas pu être signé protocolairement jusqu’à présent. Garantissant que c’est « un contrat qui existe bel et bien, les équipes nationales bénéficient des effets de ce contrat. Il n’y a aucune inquiétude à ce sujet ». Depuis que la rupture du contrat avec la firme allemande Puma, la gestion initié avec le nouvel équipementier des équipes nationales de football du Cameroun, Le Coq sportif, fait l’objet d’un flou artistique de la part de l’exécutif de la Fédération camerounaise de football (Fécafoot). « Je suis sûr que vous brûlez d’impatience de connaître les termes du contrat. Prenez votre mal en patience, tout sera fait en toute clarté, et tous ies détails du contrat seront rendu publics », martelait Seidou Mbombo Njoya, le 22 avril 2019 au siège de la Fécafoot au quartier Tsinga à Yaoundé, en dressant le bilan des 100 premiers jours du nouvel exécutif de l’instance faîtière du football camerounais. « La Fédération camerounaise de football et Le Coq sportif ont signé un Mémorandum d’entente, c’est-à-dire un précontrat qui nous donne la possibilité de passer à l’acte. Le contrat définitif lui, sera signé en juillet, le temps qu’il puisse passer devant des juristes et qu’il soit validé par le Comité exécutif de la Fécafoot », assurait le président de la Fécafoot. Quelques jours après, lors de la présentation des équipements de la firme française. Dans les coulisses, il se disait que la signature d’un contrat de quatre ans avec Le Coq sportif pouvait avoir lieu le 26 juillet 2019, au cours d’une réunion du Comité exécutif de l’instance camerounaise du football. Depuis, la signature n’a pas lieu. Du moins officiellement. Après des mois d’attente, et constatant que le président de la Fécafoot persiste dans la rétention d’informations sur ce dossier, le ministre des Sports et de l’Education physique (Minsep) veut voir clair. Le 22 octobre 2019, Narcisse Mouelle KOmbi libelle une correspondance dans laquelle il invite le président de la Fécafoot à lui apporter des clarifications sur la problématique des équipements des sélections nationales de football du Cameroun. Le membre du gouvernement est d’autant plus choqué, comme la plupart des Camerounais, d’une image faisant le tour des réseaux sociaux. Image à travers laquelle l’on perçoit l’entraîneur et les joueurs de l’équipe nationale des moins de 23 ans du Cameroun, arborer des équipements combinant les marques Puma et Le Coq sportif. « L’on observe, lors des matches officiels ou des séances d’entraînement, pour certaines, une tenue vestimentaire sur laquelle est apposé le logo de la marque Le Coq sportif, et pour d’autres, celui de la marque Puma et même parfois la combinaison des deux», fait remarquer le Minsep au président de la Fécafoot, tout en s’étonnant du fait que lors de certaines compétitions sportives internationales d’envergure, l’on constate «un réel déficit en quantité d’équipements et kits sportifs mis à la disposition des équipes nationales concernées ». C’est donc face à cette situation « ambiguë », que Mouelle Kombi, dans le souci de la bonne gestion de son ministère, va inviter Seidou Mbombo Njoya « à porter à sa connaissance, dans les plus brefs délais, toutes les clarifications nécessaires sur cet état de choses et les solutions envisagées pour y remédier efficacement et durablement ». Et lès plus brefs délais ont été consommés, sans aucune réponse aux préoccupations du membre du gouvernement. Un silence qui s’assimile à une indocilité rébarbative conditionnée par le palladium Fifa, du fait du fameux prétexte d’ingérence politique dans les affaires du football.

Website to visit

Social

  • Mobile Apps