[Sport] Complexe sportif d'Olembe : véritable gouffre a sous

Paul Biya contracte un prêt de plus de 55 milliards de Fcfa pour l’achèvement des travaux, lesquels ont déjà coûté plus de 100 milliards au contribuable. L’infrastructure qui a déjà englouti 163 milliards de Fcfa vient de bénéficier d’une nouvelle convention de crédit entre l’Etat du Cameroun et une banque basée à Londres. En effet, dans un décret signé le 16 février 2021, Paul Biya ordonne le ministre de l’Economie, de la Planification et de l’Aménagement du Territoire, à signer avec Standard Chartered Bank de Londres et Bpi France Export, une convention de crédit d’un montant de plus de 55 milliards de Fcfa pour le financement du projet d’achèvement des travaux du complexe d’OIembe à Yaoundé. Le chef de l’Etat intervient au moment où Magil, le constructeur canadien, fait face à une énorme tension de trésorerie pour mener à bien les travaux de finition de cette infrastructure sportive. En clair, ce nouveau financement devrait porter à plus de 200 milliards de Fcfa, les fonds déjà mobilisés pour construire le stade. En effet, le Cameroun avait déjà contracté 139 milliards de Fcfa auprès d’Intesa San Paolo Spa et 24,5 milliards de Fcfa auprès d’Uba. Au début de ce mois de février, l’entreprise a annoncée l’attente de 17 milliards de Fcfa pour achever le chantier. On se rappelle que le 29 novembre2019, le ministre des Sports et de l’Education Physique, Narcise Mouelle Kombi, signait une note portant résiliation du contrat avec Gruppo Piccini, entreprise italienne, chargée préalablement de la construction du stade d’OIembe, au profit de Magil. L’entreprise devait donc parachever les travaux. Rappelons que les travaux du complexe sportif d’Olembe ont été engagés fin 2009. L’infrastructure aurait dû être livrée trois ans plus tard, mais en 2018, le stade n’était toujours pas construit alors que le Cameroun devait accueillir la Coupe d’Afrique des nations de 2019. L’italien Piccini va être viré de la maitrise d’ouvrage en 2019. Remplacé par le Canadien Magil qui lui aussi peine à terminer le chantier. En plus du stade de 60 000 places, le complexe sportif d’OIembe doit comporter avec un hôtel de 70 chambres, une piscine olympique, un gymnase, des courts de tennis, de basketball, de handball et de volleyball.

Website to visit

Social

  • Mobile Apps