[Sport] CHAN 2021/ Championnat : le mauvais jeu de la Fecafoot

À une quarantaine de jours du début du championnat d’Afrique des nations qu’abrite le Cameroun du 16 janvier au 7 février, la Fédération camerounaise de football multiplie les manœuvres de diversion qui plombent la compétitivité de l’équipe nationale du pays engagée dans ce tournoi. Bien que le président de la République ait instruit le Premier ministre de résoudre rapidement cette affaire il y a peu, et que le tribunal arbitral du sport (TAS) ait, dans la foulée de cette saisine présidentielle, frappé de nullité les actes pris par l’instance faîtière du football national, Seidou Mbombo Njoya continue de défier la République. Alors que des résolutions ont été prises pour que la Ligue de football professionnel reprenne l’organisation du championnat de première division, la Fédération camerounaise de football (Fecafoot), semble s’être érigée en république autonome près la République du Cameroun avec pour proconsul Seidou Mbombo Njoya. En fait, À moins de 50 jours du début du Championnat d’Afrique des nations (CHAN) qu’abrite le Cameroun du 16 janvier au 7 février, la Fécafoot multiplie les manœuvres de diversion qui plombent la compétitivité des Lions A’, engagés dans ce tournoi. Un activisme qui frise le complot en vue de faire perdre la face au Cameroun dans cette compétition. Un échec savamment organisé par le président de la Fecafoot et qu’avait déjà dénoncé le président de la Ligue, le général Pierre Semengue en son temps. «Je suis un militaire, je reste encore militaire et j’ai des renseignements. Je sais qu’après avoir échoué sur le plan politique, le sport peut également être utilisé et je pense qu’on veut utiliser le sport notamment le football ‘pour déstabiliser le pays. Nous avons des échéances claires comme le Chan et la Can ; si on enlève ça au Cameroun, cela va créer un désordre terrible», ainsi s’exprimait le général Pierre Semengue au sortir de l’assemblée générale du 27 octobre. Poursuivant sa démonstration, le général en seconde section rappelle les prescriptions du gouvernement. «Le ministre nous a donné deux prescriptions absolument indispensables : application immédiate et rapide de toutes les sentences du Tas, et continuer à préparer les échéances dont faire le championnat, préparer nos équipes pour les compétitions africaines» Mais la Fécafoot qui a décidé de violer les textes de la Fifa et même ceux du gouvernement s’entête. De violation en violation, Seidou Mbombo Njoya refuse de voir la Ligue qu’il sanctionne à tout bout de champs reprendre le championnat. Aussi boycotte-t-il la réunion organisée par le ministre des Sports, refuse de rapporter, à la demande du Premier ministre sa décision de nommer illégalement le secrétaire général de la Ligue, provoque la démission des membres du conseil d’administration de la Ligue pour en paralyser le fonctionnement, facilite l’organisation d’une assemblée générale interdite, dont elle a reçu l’arrêté d’interdiction du sous-préfet, pour dissoudre illégalement la LFPC. Pendant ce temps, l’horloge tourne contre le Cameroun qui doit organiser le Chan dans une quarantaine de jours. Le championnat censé donner de la compétition aux joueurs locaux, n’est pas programmé et la Fecafoot semble ne pas se presser de respecter les décisions de la Cour suprême du sport, le TAS. Aujourd’hui, Seidou Mbombo Njoya, après avoir déchiré la sentence du Tribunal arbitral du sport, froisse les résolutions initiées par le chef de l’Etat et bafoue l’honneur de la patrie non sans piétiner le drapeau national.

Website to visit

Social

  • Mobile Apps