[Sport] Canon Sportif de Yaoundé : le ver est dans le fruit

Par Jean Baptiste Owona* Le patriarche Jean Baptiste Owona accuse Emmanuel Mvé d’être responsable des problèmes du club. En ma qualité de ZOMLO’O Suprême, issu et initié par le Cardinal YA TUM BETI, j’ai cité feu AYISSI AMBASSA NGA ESSAIMA, je voudrais m’adresser à nos vaillants hommes des media et particulièrement aux journalistes sportifs qui écument les plateaux des radios et télévisions pour parler des dossiers dont ils ne savent absolument rien dans le fond. Il me semble opportun d’informer d’une part les journalistes et d’autre part le grand public, sur ce qui se passe réellement dans le CANON SPORTIF DE YAOUNDE afin que nul n’en ignore et qu’on ne parle plus à tort et à travers. En effet, cela date depuis 2018, donc deux ans aujourd’hui, contrairement à ce qu’un journaliste, pourtant traité de patriarche dans son domaine, croyait que la crise datait d’hier et que ies Sages que nous sommes, ont été incapables de nous asseoir pour régler en famille tout différend. Pour cela, je vous prie de voir en fac-similé les nombreuses tentatives d’arrangement initiés par les Sages pour faire entendre raison à IM. le Directeur Général. Lisez seulement : Fac- similé N°1 Fac-similé N°2 Ces correspondances datent du mois d’aout 2019 et leur ton situe les uns et les autres. Donc du côté des Sages, nous avons tendu la main , en amis, en frères, pour solliciter le dialogue et on a déclaré que l’on ne nous connait pas. Toujours en qualité de Sages, nous avons tu cette querelle, pour ne pas troubler le déroulement du championnat et pour que l’on n’accuse pas les Sages d’avoir empêché le Club .d’évoluer normalement, et avons attendu la fin de la saison sportive pour relancer les débats. De quoi s’agit-il en fait ? Monsieur MVE Emmanuel, membre du Conseil des Sages saisit cette instance, aux fins de remplacer l’Ancien Ministre EDZOA Augustin, en poste de Président Général du Club, en donnant comme raison que ce dernier est très occupé par ‘ses nouvelles fonctions comme PCA du Curry à l’hôpital Central. Malgré quelques réticences, le Conseil des Sages accède â sa demande et au cours de l’Assemblée Générale qui suivait, Monsieur EDZOA Augustin, venu à cette Assemblée pour se faire reconduire à son poste pour un nouveau mandat, finit par céder sans complication à notre demande. Bravo M. le Ministre ÈZOA, pour votre MAGNANIMITE. * C’est ainsi que Monsieur MVE est présenté à l’Assemblée par le” Président du Conseil des Sages et est installé comme Président Général pour la prochaine année sportive. Après son premier mandat, Monsieur MVE obtient une note de 2/20 par le Comité d’audit pour mauvaise gestion , des finances. Il est donc déchargé , au cours de l’Assemblée du 30 juillet 2017, de la gestion financière qui est confiée à monsieur AMBASSA a -t-on permis à ce dernier d’assurer ses fonctions ? À vérifier. Voilà que subitement le 28 décembre 2018, monsieur MVE au mépris des textes du Canon, tient une assemblée avec ses affidés sans la présence des Sages et prend comme résolution fatale la suppression du Conseil des Sages et du Comité d’audit dans la structure du Canon ! Scandale. Il importe de rappeler à ce niveau, pour le souligner, qu’avant la tenue de sa fameuse assemblée générale, Monsieur MVE avait remis au Conseil des Sages une rondelette somme de 500.000 FCFA que les Sages, à l’unanimité avaient décliné, lui retournant cet argent qu’il avait défalqué d’une somme de 800 000FCFA offerte par la CUY les Sages ne comprenaient pas la raison de ce partage, chose qui ne s’était jamais produite du temps où Monsieur MVE lui-même a passé parmi nous les Sages. Ce don s’analysait comme une tentative de corruption, pour calmer les ardeurs du Comité d’audit à surveiller la gestion des opérations de gestion financière. Au vu de ce qui précède, je demande à ceux qui me lisent: a) De lire attentivement les textes organiques du Canon (statuts et. règlement intérieur, les textes de 2014 ; b) D’analyser les faits ci-dessus rapportés et ensuite de prendre position en pleine connaissance de cause. Pour les Sages, il y a un problème de fond qui se dégage : Monsieur MVE veut avoir la mainmise totale sur la propriété du Canon et de ce fait, veut écarter tout ce qui peut lui nuire dans sa démarche ambitieuse. Sa fameuse assemblée du 28 décembre 2018, au cours de laquelle, il a été le seul à parler et à se faire applaudir, en l’absence du Comité d’audit et du Conseil des Sages, ressemble à un putsch armé des conquérants d’un pouvoir. Et pourtant, il crie à qui veut l’entendre qu’il reste l’une des trois personnalités du Sud qui soutiennent le Président Paul BIYA et sa qualité de Membre Titulaire du Comité Central du RDPC lui permet de faire adopter toutes les réformes qu’il juge , lui, nécessaires. Ainsi, le tournant décisif que le Pays est en train de prendre pour achever d’installer le processus d’ouverture démocratique n’est pas à son goût. Mais il ignore que l’enfer est pavé de bonnes intentions et beaucoup de cadres supérieurs du Parti au pouvoir sont quand même privés de liberté. C’est pour insister sur le fait que l’appartenance au RDPC, parti au pouvoir , ne constitue pas un passe-droit pour écraser les autres , tout aussi militants, sinon plus, et piétiner les textes de loi. D’ailleurs d’où sort la politique dans le sport en tout cas, les sages n’acceptent pas que les magouilles des politiciens du RDPC viennent interférer dans le Canon : JAMAIS II. Le problème de fond revient donc à respecter l’application rigoureuse des textes qui ont été révisés pendant des semaines durant sous la houlette du Pr Emérite JOSEPH OWONA, ayant comme rapporteur, Monsieur MANGA Jules Georges, fils d’un Père Fondateur du Club, MANGA BELIBI Jacques et au domicile de Monsieur Martin Raphael NDONGO ABEGA, avec l’assistance de bien d’autres dignitaires, dont moi-même, ETOUNDI OWONA Jean Bedel , MBOBOCK , MVONDO MBE-DE etc. les statuts discutés et reformés ont été adoptés en Assemblée Générale et, voilà qu’un illuminé surgit , vient nous raconter sa vie, parce qu’il’a été ceci, il à été cela. Et, dès lors, il doit chambouler la structure du Canon. Il est inadmissible, impensable qu’au cours d’une Assemblée élective, le président de séance soit aussi le rapporteur et celui qui fait le bilan de son propre exercice. Quelle logique il! Il est juge et partie et ignore le Règlement intérieur quand il ne le falsifie pas. En somme donc il ne s’agit pas d’un conflit de personnes. On ne gère pas les gens sur la base des humeurs. Une association est organisée par des textes qu’il faut respecter avec beaucoup de rigueur. Par exemple, si les textes ne prévoient pas une assistance quelconque à l’occasion d’un évènement personnel, heureux ou malheureux, rien n’oblige les membres de l’Association à y contribuer sauf des affinités personnelles II! Quant à la gestion, c’est la catastrophe. Aucun livre de caisse, aucun registre de comptabilité, il est impossible de faire un quelconque contrôle de gestion, ni d’audit. Comment est-il possible qu’un grand club comme le Canon ne dispose pas de compte dans une banque locale ? cf 3 fac similé ci-joint Et que dire du fonctionnement du siège ? Le personnel a déserté des locaux, l’énergie électrique est coupée. . En clair et en définitive, n’en déplaise à nos journalistes du dimanche, les Sages n’ont point dormi, au contraire, dans leur stature de sagesse et de pondération, ils ont voulu l’arrangement en famille, c’est d’ailleurs avec beaucoup de réserve que les Sages se sont adressé à la hiérarchie de la tutelle (FECAFOOT à’ et administrative (le sous-préfet de Yaoundé IV) qui nous ont renvoyé à nous-mêmes. C’est ici l’occasion de louer la lucidité de M. le Sous-Préfèt de Yaoundé IV. M. NOKURI Samuel à qül lès Sages adressent leurs renier* dements car grâce à son in- r tervention, nous avons pu rencontrer le président Qénéral qui avait déjà choisi-la stratégie du putsch, allant jusqu’à me traduire au Tribunal Civil pour une affaire sportive. Rendu donc à ce jour/ nous pensons Cjue selon un proverbe de chez-nous « quand on couvre, ça pourrit, quand on sèche la plaie, elle guérit » tout semble avoir été dit. A ce niveau, j’espère avoir apaisé la soif d’information pour le grand public et ainsi que les hommes de média, ceux-là qui doivent être le baromètre de l’évolution de la société. Tout en restant disposé à vous fournir des compléments d’informations, tous mes vœux de Nouvel an vous accompagnent. POUR LE CONSEIL DES SAGES LE PRESIDENT Jean Baptiste OWONA

Website to visit

Social

  • Mobile Apps