[Sport] CAN 2020 : vérités et contre-vérités autour de l'évènement

Report, annulation, retrait de la compétition au Cameroun au profit de pays maghrébins, toutes sortes de rumeurs slaloment au milieu des préparatifs de l’organisation de la fête du football africain, remettant en cause les capacités infrastructurelles du pays dans nombre de domaines. Depuis le début du mois de juin, la Toile s’est enflammée de folles rumeurs attribuées à la presse cybernétique du Maghreb. Dans certains morceaux choisis, il revient avec récurrence que la compétition va une fois de plus connaître un report, au mieux ; dans le pire des scénario mis en évidence par «cette presse», le tournoi est sur le point d’être retiré au Cameroun au profit du Maroc et de l’Algérie. Ce flot de rumeurs déferle au lendemain du report de la cérémonie du tirage au sort initialement prévu début juin pour le 25 du mois en cours.Joue t-on à se faire peur ? Quelle est la situation réelle sur les différents sites de la compétition en termes d’infrastructures sportives, hôtelières, hospitalières et l’état de la voierie urbaine ? Quel est le niveau d’avancement des travaux à Olembe ? Autant de questions qui soulèvent passion et polémiques au sein de l’opinion publique. Sur le report de la cérémonie de tirage au sort, il faut dire que la décision a été prise par la Confédération africaine de football à la demande de la Fifa. En réalité, affirme une source introduite, depuis que la Fifa a pris le contrôle de la Caf, elle veut faire de la Can au Cameroun, un nouveau départ pour la Caf dans l’organisation des compétitions sportives de haut niveau. «Si vous avez bien observé, la dernière mission d’inspection était composée de 10 experts Fifa ; en fait, c ‘est eux qui réalisaient l’inspection accompagnés de ceux de la Caf. Du coup, la Fifa entend mettre la Can du Cameroun, notamment la cérémonie du tirage au sort, au niveau de l’Euro qui est la référence. Le scénario qui avait déjà été arrêté par le gouvernement et la Caf sera revu de telle sorte qu’il soit conforme aux normes de la Fifa», souffle une source autorisée. S’agissant des infrastructures sportives, le Cameroun comme on le sait n’a pas un problème d’infrastructures. Le dernier classement Fifa sur les infrastructures sportives sur le continent place le Cameroun dans le top 5 devant des pays tels le Maroc ou encore l’Algérie. «La Caf demande six stades de compétition, nous en avons sept ; pour les stades d’entraînement, nous sommes en surcapacité», lance un officiel du ministère des Sports. Pour ce qui du stade d’Olembe qui cristallise toutes à la fois passions et fantasmes, les travaux avancent méthodiquement. «Ce qui donne l’impression que les travaux n’avancent pas sur ce stade, c’est la présence de grues sur la piste d’athlétisme et l’habillage qui n’est pas encore achevé. «Pour l’habillage, il faut installer au total 29 câbles autour de la superstructure, les serrer et enfin accrocher les écailles de pangolin qui parachèveront cette étape», renseigne-t-on au ministère des Sports. Cette opération sera achevée au mois de septembre, selon les responsables du ministère dés Sports. «Au 10 août, l’on va achever, avec l’installation des écrans et de tous les lots électroniques ainsi que de l’éclairage qui, selon la Fifa lors de sa dernière mission, a trouvé qu’il est largement au-dessus de la norme. Quant au tartan, il sera lui aussi posé au 10 août, soit quelques jours avant le premier match officiel qui aura lieu sur ce stade», poursuit-on ministère des Sports où l’on assure qu’au 10 août, le stade d’Olembe sera prêt à accueillir la Can 2021. A sept mois du coup d’envoi de la Coupe d’Afrique des nations de football, le doute n’est pas permis quant.à la capacité du Cameroun à abriter cette compétition

Website to visit

Social

  • Mobile Apps