[Société]vers une nouvelle gestion des déchets à Kribi

La signature d’une convention de collaboration entre l’Association pour la Recherche en Anthropologie de Médecine Traditionnelle (Aram) et la Commune d’Arrondissement de Kribi 2ème a été paraphée en fin du mois de janvier dernier. LA VILLE de Kribi fait de plus en plus face à un problème de gestion de déchets. Dans les rues, les artères et les quartiers de la cité balnéaire, des tas d’ordures ménagères d’immondices déferlent sur les trottoirs au détriment des piétons. Les bacs à ordures disposés à certains points, semblent n’être pas suffisants pour une collecte efficace des déchets. Les populations doivent parfois attendre plusieurs jours pour que la société en charge de l’hygiène et de la salubrité vienne collecter ces ordures ménagères. Elles font ainsi face à une pollution de l’air. Entre odeurs nauséabondes, mouches et insectes, le quotidien est pénible. Raison pour laquelle, une convention de collaboration a été signée entre l’Association pour la Recherche en Anthropologie de Médecine Traditionnelle (Aram) et la Commune d’ Arrondissement de Kribi 2ème pour pallier ce problème. «Aucune santé ne va sans propreté. Nous avons pensé que les communes sont les maîtres pour ramener les populations à comprendre la gestion des déchets. Cette convention aidera les populations à comprendre que l’environnement qui nous entoure est particulièrement la première cause de maladies. Les populations de Kribi essayent de comprendre ce que c ‘est que la gestion des déchets. Nous venons à Kribi parce que c ’est une cité balnéaire qui a un gros potentiel de développement», a soutenu Kanaa Amos Roger, président de l’Aram. De l’avis de Mme Lydie Soppi Mahouve, 1ère adjointe au maire de la Commune de Kribi 1 er, il faut assurer la propreté et la santé des populations. «Ce par tenariat qui a été réalisé est un acte que nous avons sollicité dès le départ. Ce que nous gagnons à travers cette collaboration, nous sommes sûrs que la propreté de Kribi 2ème verra son jour. Nous sommes encore sûrs que notre environnement qui nous est cher, sera protégé», a-t-elle affirmé.Avant de poursuivre : «Parce que nous voyons avec le changement climatique, combien les populations de Kribi 2ème souffrent. Avec la protection de l’environnement, nous sommes rassurés que nos populations seront en bonne santé. A travers cela, nous avons cette collecte de déchets, ce triage et traitement de déchets qui permettront que nous ne retrouvions plus les déchets organiques n ’importe où et n ’importe comment». Une première phase qui permettra la mise en place d’une nouvelle décharge pour la gestion des déchets dans la ville.

Website to visit

Social

  • Mobile Apps