[Société] Tourisme dans l'extrême-Nord :plus de 750 millions de FCFA de déficit en 2020

Les attaques de Boko Haram et la crise sanitaire sont les principales causes de cette chute de revenus. Les attaques terroristes de la secte nigériane Boko Haram et le coronavirus impactent négativement le tourisme dans l’Extrême-Nord, l’une des régions jadis très sollicitées par les touristes. Depuis un an, apprend-on, même pas l’ombre d’un touriste international au parc de Waza ou à Rumsiki. A Maroua, hôtels et zones touristiques sont désespérément vides autant que les caisses des opérateurs du domaine. Ces derniers évaluent les pertes à plus de 750 millions de FCFA pour l’année 2020. « Avant la pandémie en 2019, nous faisions un chiffre d’affaires de 37 millions de FCFA annuellement. Avec le Covid, je suis arrivé à 27 millions de FCFA et cette fois-ci à 19 millions de FCFA. Les charges et la masse salariale s’accumulent au point où nous ne réalisons de bénéfices », se plaint un responsable hôtelier chez nos confrères de la Crtv, la radio publique. L’absence d’activités en cette période de crise sanitaire a également contraint certains guides touristiques à se reconvertir à d’autres métiers. « On n’arrive plus à subvenir à nos besoins, d’autres se sont convertis dans d’autres secteurs d’activités comme la boucherie », confie un guide touristique national. Globalement, c’est une région de l’Extrême-Nord qui enregistre d’énormes pertes financières dans le secteur du tourisme. « Ces arrivées ont été annulées, 110 millions de FCFA de différence en matière de chiffre d’affaires entre 2019 et 2020 », regrette Dr Kodji, délégué régional du Tourisme et des Loisirs de l’Extrême-Nord. Mais avec le retour progressif de la stabilité dans la région, espèrent les opérateurs touristiques de la région, l’espoir aujourd’hui est que la pandémie soit aussi vaincu pour une reprise normale des activités.

Website to visit

Social

  • Mobile Apps