[Société] Jean de Dieu Momo : ‹‹ laissez-moi jouir des privilèges de mon pouvoir

Le président du Paddec et par ailleurs, ministre délégué auprès du ministre de la justice vient de réagir après les accusations d’exil qui pèse sur lui. Depuis quelques jours, l’actualité fait grand bruit sur la toile camerounaise. Des journaux annoncent un probable exil de Jean de Dieu Momo en France. Un argument soutenu par Laure Kamto, une militante du Rdpc, parti au pouvoir. Des documents pour le besoin de la cause sont publiés par canaux interposés. Il faut démontrer à ceux qui doutent encore, que le ministre de Biya, adepte des réseaux sociaux est un cas pathétique. Pour clore le débat qui visiblement impacte de manière négative sur son image, Jean de Dieu Momo, vient de faire une sortie sur son compte Facebook. « Qui ignore au Zombiland (sic) qu’avant mon incroyable nomination qui énerve les talibans (sic), j’avais déjà engagé ma procédure d’inscription au Barreau de Paris et que j’ai interrompu pour jouir des privilèges appétissants et jouissifs de ma fonction ?» Poste le ministre. Privilèges Parlant à l’un de ses followers qui réagit à son post, le ministre Momo lance un défi aux talibans (adeptes du parti politique Mrc). «À part ça, je ne commente pas les commentaires. Les talibans peuvent attendre quand je ne serais plus aux affaires, je viendrais les retrouver à Paris et on va continuer la bagarre là-bas. C’est compris ? Pour le moment, laissez-moi jouir des privilèges de mon pouvoir. Et si ça énerve quelqu’un, il saute il cale en l’air». Dieudonné Essomba vient de publier une tribune ce lundi où il abonde dans le même sens que Jean de Dieu Momo. « Pour dire clairement que le projet de départ en France de Me Momo est un vieux projet que personne ne peut imputer à une quelconque péripétie politique. Bien au contraire, s’il n’avait pas été appelé au Gouvernement, il serait parti depuis longtemps ».

Website to visit

Social

  • Mobile Apps