[Société]des gendarmes pris en flagrant délit de raquettage à yaoundé

Des gendarmes arrêtent des individus n'ayant pas de cartes d'identités. •Ils exigent le payement d'une somme de 5000CFA avant leur libération. •Certains ont été gardés pendant 24 heures malgré que leurs proches ont apporté leurs pièces d'identité. Arrêté sur la route par des gendarmes à Yaoundé, pour ne pas avoir sa carte d'identité sur lui, un Camerounais a été embarqué à la brigade de gendarmerie d'Efoulan où il lui a été demandé lui et d'autres personnes dans le même cas, de payer chacun 5OOO FCFA. L'homme qui s'est confié au journaliste Boris Bertolt déclare avoir demandé à sa famille de lui apporter sa carte d'identité. Une fois en possession de sa carte, il l'a montrée aux gendarmes, mais ces dernier ont toujours continué de demander le payement des 5000 FCFA. Voici la dénonciation de ce compatriote victime de cette arnaque.Le Samedi 15 mai 2021, en rentrant d'une réunion de travail à Biyem Assi, j'emprunte un taxi pour Awea escalier où j'habite. Le taximan décide d'emprunter la voie de mvolyé. Arrivé au niveau du Centre Jean XXIII à Mvolyé nous trouvons un patrouille de la gendarmerie (environ 6 gendarmes deux dames et 4 hommes). L'une des deux dames gendarme demande à tous les passager à bord du taxi de présenter les CNI. Ayant oublié ma CNI sur la table en sortant le matin, je présente ma CNI en version numérique dans mon téléphone. Cette dernière refuse et m'exige de descendre du véhicule. Je me suis exécuté et il m'ont embarqué dans leur véhicule ainsi que d'autres personnes dans la même situation. Jusqu'ici les gendarmes étaient dans leur droit. Je décide de passer un appel chez moi pour qu'on me ramène ma CNI et une demi heure après, ma nièce arrive avec ma CNI.La situation devient illégale lorsque le Commandant de Brigade (CB) déclare "Tout le monde paie 5.000 FCFA même ceux à qui on a déjà apporté les CNI" Je lui fait savoir que je n'avais pas cette somme et qu'aucun texte au Cameroun n'autorise un tel prélèvement. Dès que j'ai signifié cela, l'un des adjudant m'a directement brutalisé et mis en cellule manu militari. Il ont commencé m'invectiver "Appel même le président si tu veux, ici c'est nous la lois" Ceux des personnes interpellées qui avaient payé les 5.000 FCFA en question ont aussi tôt été relaxé. Moi et un autre Monsieur qui n'avons pas payé avons dormi à même le sol sur les urines dans un petite cellule étroite. Ce n'est que le lendemain dimanche 16/05/21 au environ de 11h que le Commandant est venus nous libérer en disant que "puisque vous avez refusé de payer les 5.000 FCFA que j'ai exigé voilà pourquoi je vous ai gardé jusqu'à maintenant". Jusqu'à maintenant j'ai mal partout à cause du mauvais traitement dans cette brigade. Nous ne sommes plus en sécurité avec de telles pratiques, lorsque ceux qui sont censé nous protéger nous oppresse et nous arnaque. Je dénonce cette nouvelle arnaque à ciel ouvert de la brigade de gendarmerie d'Efoulan sur la CNI

Website to visit

Social

  • Mobile Apps