[Société] Chefferies de l'Ouest : les curiosités de la contre-déclaration

Le document publié vendredi 4 décembre 2020 présente plusieurs failles qui exposent ostentatoirement la manipulation dont ont été victimes les monarques. La contre-déclaration divulguée le 4 décembre 2020 au nom du collectif des chefs traditionnels de la Région de l’Ouest résulte-t-elle d’une initiative de ces monarques eux-mêmes ? Cette question revient avec insistance. Loin d’être fortuite, elle découle de quelques curiosités qui jaillissent de manière flagrante du document en circulation. La première est que ce document est rédigé sur un papier entête « Région de l’Ouest”; ce qui fait soupçonner qu’il aurait été rédigé dans les services du Gouverneur de la Région de l’Ouest. La deuxième curiosité est que la liste des signataires est détachée du document principal. Contrairement à la première déclaration où les chefs avaient apposé leurs signatures immédiatement à la fin du document, dans la seconde, les signatures sont simplement annexées alors que le dernier format n’était plein qu’au quart. D’aucuns pensent que les autorités locales ont fouillé dans leurs archives une fiche de présence d’une rencontre des chefs qu’elles ont annexée à la mouture d’un document rédigé par des caciques du pouvoir. D’autres relèvent que c’est plutôt en marge au versement de l’appui accordé aux chefs traditionnels dans le cadré des élections régionales que cette fiche a été concoctée. Cette version est d’ailleurs corroborée par le fait que certains chefs traditionnels que nous avons joints et dont les noms figurent pourtant parmi les signataires, ne reconnaissent pas avoir été impliqués dans le projet de -contre-déclaration. « Ce n’est pas la première fois que cela se passe », commente un journaliste qui avait été surpris de voir son nom apparaître parmi les signataires. d’une motion de soutien adressée au Chef de l’Etat. La troisième curiosité est que des chefs de la Menoua ont été associés. Or, ces derniers étouffent de colère depuis quelques temps à cause de leur exclusion des élections régionales. Courroucés après une décision de la cour suprême, qu’ils trouvent injuste, ces derniers ont écrit au Président de la République pour fulminer leur colère. En plus des éléments de forme sus-évoqués, l’autre curiosité de la contre-déclaration des chefs traditionnels se trouve dans le fond. Dans la 2ème déclaration, ils font savoir qu’ils émettent des réserves sur le 1er qui ne refléteraient pas leur volonté. Mais au lieu de repréciser les aspects où leur pensée aurait été travestie, ils se contentent de chanter les louanges du gouvernement et du Chef de l’Etat. Surtout, ils réaffirment non seulement leur indéfectible soutien au Chef de l’Etat et aux institutions républicaines pour la poursuite de ses actions pour un Cameroun stable, paisible, uni et prospère ; mais également prient Dieu afin qu’il apporte davantage santé, sagesse et longévité au chef de l’Etat, Son Excellence Paul Biya. Un contraste par rapport à la première déclaration dans laquelle ces chefs traditionnels invitaient le pouvoir en place à explorer des stratégies autres que la force pour résoudre la crise anglophone qui secoue les Régions anglophones du pays. Ils prônaient en effet l’organisation d’un autre dialogue incluant cette fois-ci, les véritables acteurs de la crise. De même, ils appelaient de tous leurs vœux, la mise en place d’un cadre citoyen de concertation dans l’optique de décrisper une scène politique où, l’instrumentalisation des tribus et la radicalisation des protagonistes n’augurent guère une transition au sommet de l’Etat sans effusion de sang. Bien d’autres thérapies aux autres maux qui minent le Cameroun étaient contenues dans la déclaration signée de sept chefs traditionnels en qualité de présidents du conseil des chefs traditionnels de leurs départements respectifs. Notamment, Louis Ngapmou (Ndé) ; David Fondjo (Haut-Nkam) ; Jean Takoukam (Hauts-Plateaux) ; de Mitterrand Moumbe (Mifi) ; Jean Teigni Detio ( Bamboutos) ; Georges Désiré Pouokam (Koung-Khi) et de Gaston Guemegni (Menoua).

Listen Audio on audio.237story.com

Social

  • Mobile App