[Santé] Plaies chroniques : la souffrance des malades

Ulcère, diabète ou accident de travail, sont entre autres des maux qui diffèrent. Une campagne de consultations gratuites a été organisée à Yaoundé en fin de semaine dernière. Ils étaient nombreux à répondre présents à cette consultation gratuite dans ce centre spécialisé de traitement des plaies, situé dans un quartier de la ville de Yaoundé. Après son pansement auprès des infirmiers, c’est en vain qu’Albert Tsimi affiche à nouveau un sourire assez large. Le tibia gauche de cet homme de 75 ans vient de s’achever. Ce patient fait savoir qu’il y a de cela sept mois, il a été immobilisé après un accident dans son champ à Bafut, dans la région du Nord-Ouest. «Je travaillais et une branche de palmier est entrée dans mon pieds. J’ai fait le tour des hôpitaux de proximité de ma localité. Mais malheureusement, ils n ’ont pas pu s’occuper de moi et au bout de trois mois, la plaie s’est infectée», s’indigne -t-il. Ce patient fait partie d’une vingtaine d’autres malades venus assurer un pansement vendredi 28 Mai 2021 dernier. Dans la salle de consultation, Jean Claude Ndi se fait également nettoyer une plaie béante sur son pied gauche sans un cri, ni gémissement au passage du coton imbibé d’alcool. Depuis plus d’un an aujourd’hui, ce dernier a dû abandonner son métier de chauffeur à cause de ce handicap. «J’ai pensé à un moment donné que j’avais un ulcère. C’est en réalité un problème de veines qui empêche la circulation sanguine. Il y a deux ans, mon pied avait enflé si bien que je ne portais plus de chaussures et j’ai arrêté de travailler», confie-t-il. D’hôpitaux en hôpitaux,, il a soupçonné avoir un ulcère de buruli. Jusqu’à ce que le résultat de l’échographie lui démontre le contraire. Depuis peu, il se fait faire des pansements, en plus de la prise quotidienne des antibiotiques. 11 se chausse désormais et est en train de retrouver peu à peu, sa santé dans l’espoir de reprendre son travail. Alain Christian E. pour sa part, n’a pas caché sa culpabilité en terme de négligence. Victime d’un accident de moto en 2016, il a négligé ce morceau de fer entré dans son pied. «Je me disais qu’un simple bandage aurait réglé le problème. Mais, la plaie ne s’est pas cicatrisée. J’ai mis toutes sortes de plante. J’ai aussi vu des guérisseurs sans succès», déplore -t-il. Revenu en consultation ce 28 mai, le patient suite à la satisfaction de sa prise en charge, promet d’être plus correct désormais. Cette campagne de consultation gratuite pour les plaies, se poursuit jusqu’au 1er juin à Yaoundé.

Website to visit

Social

  • Mobile Apps