[Santé] Médicaments contrefaits : l'inquiétude des consommateurs

Dans une récente déclaration, le réseau des consommateurs du Cameroun est revenu sur ce fléau, qui enregistre un essor fulgurant au Cameroun. Insistant sur ses effets sur les patients, le Rcc. appelle les autorités compétentes à plus de vigilance. La contrefaçon n’a plus de limite au Cameroun. En plus des produits de beauté, liqueurs et autres boissons rafraîchissantes, le réseau de contrefaction s’est étendu jusqu’aux médicaments, qui jouent un rôle majeur sur la-santé de l’Homme. Et ce, malgré les interventions sur le terrain de la douane camerounaise, qui peut néanmoins se féliciter ces derniers temps, d’avoir pris dans ses filets de nombreux contrefacteurs, dans le cadre de l’opération Halte, lancée en 2011. Ces produits d’origines douteuses sont commercialisés dans certains hôpitaux, centres de santé et pharmacies de référence du pays. D’où l’inquiétude du réseau national des consommateurs du Cameroun qui, lors d’une récente sortie, a tiré la sonnette d’alarme. Dans sa communication datée du 28 février dernier, le Rcc a souligné le caractère déplorable de telles attitudes de la part des médecins, infirmiers, pharmaciens et autres personnels de santé du Cameroun, qui en lieu et place de destructeurs, sont selon le réseau appelés à être les garants du bien-être et de la vie des Hommes. «Le réseau national des consommateurs du Cameroun dénonce avec force, cet état de choses qui aurait des conséquences sanitaires graves sur les consommateurs, voire même au prix de leurs vies», assène Francis Hervé Eyala Saba, le président exécutif National. Et d’ajouter : «le Rcc rappelle que la consommation est une question de santé publique et à ce titre, un medicament comme n ’importe quel aliment doit faire l’objet des contrôles stricts et rigoureux, avant d’être mis à la disposition au consommateur». Cette sortie intervenait après de nombreuses plaintes de certains consommateurs qui ont été enregistrées. En effet pour le camerounais lamda, il n’y a vraiment plus de garantie. «Avant, on disait que les faux médicaments ne se trouvaient pas que dans la rue. Aujourd’hui vous allez à l’hôpital, même en pharmacie vous y retrouvez ces mêmes produits à un prix double. Pour ma part avec cette histoire de contrefaçon, je pense qu ‘il n ’y a que Dieu», pense un citoyen, interviewé à la sortie d’une pharmacie. Les autorités compétentes interpellées, sont invitées par le réseau à prendre toutes les dispositions nécessaires urgentes afin de démanteler ces réseaux d’approvisionnement illicites et de les mettre hors d’état de nuire.

Website to visit

Social

  • Mobile Apps