[santé ]Levée de grève dans les hôpitaux publics de yaoundé

Suspension de la grève pour trois mois, prise en compte des quotesparts et prise en charge maladive du personnel de santé, sont les principales résolutions issues de la réunion de crise qui s’est tenue mardi, 03 mars dernier, entre Manaouda Malachie, ministre de la santé, Nga Onana, président de Cap/santé et plusieurs délégués du personnel des hôpitaux publics du Cameroun. « Le Ministre nous a convoqué pour qu’ensemble, nous puissions trouver un terrain d’entente et apporter les solutions aux doléances formulées. Nous avons saisi la main tendue. Ils se sont rendu compte que ça va se durcir, et ont fait des propositions», a indiqué Nga Onana. Pour le personnel de santé publique, il n’est en aucun cas question de se contenter des propos du ministre, mais de vérifier l’application de ceux-ci. « Durant ces trois mois, nous allons évaluer l’effectivité des résolutions, en faisant des descentes sur le terrain, pour voir si les textes sont respectés ou pas. Si tel n’est pas le cas, nous allons recommencer à grever », ajoute Nga Onana. Pour ce qui est des réclamations concernant l’âge de départ à la retraite et les indemnités de non logement pour les personnels de la 1ere à la 6e catégorie, le président de Cap/santé se veut rassurant : « le ministre promet de faire un lobbying pour que ses personnels travaillent étant motivés. Il a promis résoudre ce problème sur le long terme ». Nga Onana rappelle également que le souci majeur en ce moment, c’est le salaire du personnel du Centre hospitalier et universitaire, qui n’est pas effectif depuis le mois de janvier. « Une réunion s’est tenue hier entre le DG et les délégués du personnel du Chu. Le Dg s’est engagé à sortir l’échéancier pour les sommes dues au personnel. Et si d’ici mi-avril ce n’est toujours pas payé, la grève va recommencer uniquement pour le Chu », explique Nga Onana. Rappelons que depuis un mois, le personnel de santé publique a entamé une grève pour exiger le paiement de leurs quotes-parts, de leur prise en charge médicale gratuite en cas de maladie. Ils exigent également l’aménagement du plateau technique dans les formations hospitalières publiques.

Website to visit

Social

  • Mobile Apps