[Santé]les pays membres de la CEMAC favorables à l'accélération du plan de relance post covid19

La 35è session du Conseil des ministres de l’Union économique d’Afrique centrale s’est tenue le 10 août à Yaoundé. Les travaux étaient présidés par le ministre camerounais de l’Economie, Alamine Ousmane Mey. Les travaux de la 35è session du Conseil des ministres de l’Union économique d’Afrique centrale (UEAC) ont fait la part belle aux mesures de relance de l’économie de la sous-région après la pandémie du Coronavirus. Selon Daniel Ona Ondo, le président de la Commission de la CEMAC, dont les propos sont repris dans les colonnes du quotidien Le Messager édition du 11 août 2020, «la situation économique dans laquelle cette crise sanitaire a plongé nos économies est sans précédent. À cette crise sanitaire s’est adjointe la crise sur les cours des matières premières, principalement sur le pétrole. Les acquis de nos efforts de redressement sur les trois dernières années ont été gommés».Pour lui, «la CEMAC va replonger dans la récession. Et le Pib pourrait se contracter de l’ordre de 4 à 6% selon les hypothèses». Par ailleurs, poursuit Daniel Ona Ondo, «les termes de l’échange seront détériorés, comme les soldes budgétaires et de la balance des paiements». Pour éviter un scénario catastrophe, il faut des financements. «Près de 1500 milliards de FCFA à combler sinon, on risque en zone CEMAC d’assister à une détérioration et à une fragilisation accrue des indicateurs macro-économiques et de la stabilité financière de économies de la sous-région», souligne le journal. Les participants aux travaux de Yaoundé ont donc tous convenu de ce qu’il était urgent d’accélérer le plan de relance post Covid-19. «Ledit plan s’articule essentiellement autour de l’accélération des réformes structurelles pour une croissance durable, soutenable et inclusive; de la consolidation de la viabilité des finances publiques et la résilience des économies face aux chocs; du développement du secteur privé comme moteur de la relance économique; du parachèvement de l’intégration régionale et la construction du marché commun et enfin autour de l’accélération de la mise en œuvre des projets intégrateurs». Les ministres ont également réfléchi sur les mécanismes d’alerte des gouvernements, non pas seulement pour le Covid, «mais aussi pour tout ce qui pourra arriver et qui n’aurait pas été prévu, pour que les économies ne soient plus négativement impactées. Et la mise sur pied des données statistiques sera d’un grand apport dans ce sens, pour qu’on puisse alléger les chocs», a rassuré Charles Assamba Ongodo, le Président du Comité inter-Etats de la CEMAC.

Listen Audio on audio.237story.com

Social

  • Mobile App