[Santé] Le gouvernement réduit de 75% le coût du traitement de l'hépatite C

D’après un communiqué du ministère de la Santé publique, il passe de 100 000 FCFA à 25 000 FCFA. Pour un meilleur accès au traitement contre les hépatites virales, le ministre de la Santé publique, Manaouda Malachie, vient de décider de réduire de 75%, le coût du protocole de traitement de l’hépatite C, à base de Sofosbuvir+Vel-.pastavir 400/100mg. Ainsi, il passe de 100 000 FCFA à 25 000 FCFA précise le Minsanté dans un communiqué signé le ,27 novembre 2020. A travers cette opération, le gouvernement, veut atteindre des taux de guérison supérieurs à 90% pour l’hépatite C. Le personnel en charge des CTA, (Centres de traitements agréés) et des CD r(Centres de dispensations), devra sensibiliser les patients sur la nouvelle mesure et, « se rassurer d’avoir un consentement écrit de tout patient adhèrent », précise Manaouda Malachie. Car, l’un des problèmes majeurs reste le diagnostic des patients. Une patiente raconte qu’elle a fait la ronde des hôpitaux depuis 2019 « Les médecins me disaient que je souffre de fièvre, du paludisme, de fatigue chronique. Malgré tout ce que je prenais, je ne guérissais pas. Ce n’est qu’à l’hôpital Laquintinie qu’on a pu dépister l’hépatite C » raconte Pauline B. L’un des axes stratégiques (prise en charge des cas) du Plan stratégique national (PSN) indique que d’ici 2021,90% des patients souffrant d’hépatites auront accès au diagnostic et traitement contre ces maladies et 90%, au moins, des patients co-infectés VIH/Hépatites B et C diagnostiqués sont pris en charge selon les directives nationales. Et le Cameroun, qui a souscrit à la stratégie mondiale sur l’hépatite virale, ambitionne d’éliminer d’ici à 2030, ces pathologies en tant que menace pour la santé publique. Les statistiques de l’Enquête démographique de Santé (EDS), montrent que le Cameroun, est l’un des pays, les plus touchés en Afrique et dans le monde. Avec une prévalence de 8,3% pour l’hépatite B et 13% pour l’hépatite C. Environ 10 000 personnes décèdent chaque année. S’agissant de l’hépatite C, où l’Etat vient de réduire le coût du traitement justement, la prévalence nationale est de 1,03%, pour les tranches d’âge de 15 à 59 ans. La région du Centre a la prévalence régionale la plus élevée, avec 2,4% tandis qu’avec un taux de 0,4%, le Sud-Ouest a celle la plus basse du pays. L’Enquête démographique de Santé (EDS), indique par ailleurs que la tranche d’âge la plus affectée, est celle de 55-59 ans, avec un taux de prévalence de 6,7%. Se prémunir, consiste soit à se faire vacciner, soit à utiliser des objets non contaminés ou se laver les mains.

Listen Audio on audio.237story.com

Social

  • Mobile App