[Santé] L'hôpital CEBEC de Bonabéri risque de ne plus être fonctionnel

L’hôpital CEBEC de Bonabéri (Douala) est encore tombé dans la précarité. La gestion de ses dirigeants et les rivalités entre partenaires des Eglises protestantes qui en ont la charge sont pointés du doigt. Ses bâtiments sont en ruines du fait du manque d’entretien, il n’y a pas de salaires depuis plusieurs années ni de cotisations à la Caisse nationale de prévoyance sociale (CNPS) depuis 15 ans. Les salaires rarement versés ne le sont qu’à 20 ou 30% des montants prévus dépendant de ce que l’hôpital reçoit et conserve car la hiérarchie du Conseil des Eglises Baptistes et Evangéliques du Cameroun (CEBEC) emporte une bonne partie à chaque fois. Un responsable confie : «Chacun vient chercher son gain personnel. Les infirmières vendent des médicaments aux malades, détournent les malades Des lits d’hospitalisation ont été vendus à des commerçants Maliens. On essaye de rattraper ce qu’on peut. L’hôpital n’est plus celui qu’on a connu. Il a perdu ses lettres de noblesse». À un membre du personnel qui a requis l’anonymat de rajouter : «Le bloc opératoire a été vidé. Il n’y a plus de matériel. La morgue n’appartient plus à l’hôpital. Elle a été fermée et sous-traitée à un partenaire qui est venu s’installer dans les locaux de l’hôpîtal. Ce qui fait que, ce que cette morgue génère n’est plus pour l’hôpital. Or la morgue de l’hôpital était un bon pôle d’entrée avec le bloc opératoire». Des sources révèlent que, l’hôpital est victime de la mauvaise gestion de certains médecins-chefs qui y sont passés. L’on pointe aussi les luttes d’influence entre les partenaires réunis au sein du CEBEC. Cette bataille permanente de chefs a conduit à la situation actuelle. Pour rappel,en 2002, le Docteur Bartolomé Carrilero Fernandez, médecin chef de l’hôpital CEBEC de Bonabéri arrivé au terme de sa mission au Cameroun. Le missionnaire européen recommandait le partage des responsabilités entre l’Union des églises baptistes du Cameroun et l’Eglise évangélique du Cameroun qui nommeraient d’un commun accord le directeur de l’hôpital et le responsable financier.

Website to visit

Social

  • Mobile Apps