[Santé]l'appui des agents de santé communautaires dans l'Adamaoua

Présents aux côtés des formations sanitaires, ces personnels d’un autre genre contribuent à leur manière à l’atteinte des indicateurs de santé dans la région. Par leurs actions, certaines campagnes de lutte contre les maladies bénéficient de leurs appuis. La mise en œuvre des actions de santé et de soin nécessitent très souvent la mobilisation d’un nombre important d’acteurs afin d’atteindre les résultats escomptés. Les campagnes de vaccination et le dénombrement sont les occasions où ce personnel à part entière du dispositif de lutte contre les maladies intervient. Dans les formations de la région de l’Adamaoua, ils œuvrent aux côtés des responsables des formations sanitaires, en fonction des besoins à l’administration des premiers soins. La survenue du Covid-19 est venue remettre au centre du débat, l’importance de cette catégorie d’acteurs dans la gestion de la pandémie. Dans bon nombre de districts de santé, ils ont été mobilisés sous l’encadrement des responsables pour passer les messages en matière de respect des mesures barrières contre la pandémie. Dans le district de santé de Tibati par exemple, ils ont été outillés afin de faciliter leurs mobilités sur le terrain. En février dernier, 13 d’entre eux ont bénéficié de 13 vélos tout terrain afin de leur faciliter les déplacements dans les aires de santé. Dans le district de Tignère, la campagne en cours de distribution de l’ivermectine pour la lutte contre l’onchocercose se déploie grâce à ces agents de santé communautaire. « Nous avons formés grâce à l’appui du partenaire PLAN Cameroun sous financement de la Banque Mondiale un nombre important des agents de santé communautaire. Ce sont ces relais communautaires qui désormais prennent en charge le paludisme simple, les infections respiratoires aiguës simples, les diarrhées simples entre autres dans la communauté. Ils détectent les signes de danger et réfèrent à temps toutes les formes graves de maladie ainsi que les femmes enceintes pour les premières consultations » relève le Dr. Oumarou Ousmanou, directeur de l’hôpital de district de Tignère. L’implication de ces agents concourent à l’atteinte des indicateurs de santé telle que définis par les responsables des formations sanitaires. « Ce sont eux qui nous aides à rechercher les perdues de vue des enfants à vacciner, des femmes enceintes ou de personnes prenant les antis tuberculeux. Voilà en quelques sortes ce qui est des interventions sous directives communautaires. Actuellement dans le district de Faro et Deo, les agents de santé communautaire sont en train de mener une campagne de distribution de l’ivermectine dans les ménages pour barrer la route à l’onchocercose » ajoute-t-il.

Website to visit

Social

  • Mobile Apps