[Santé] Hémodialyse : plus de 2 millions de malades au Cameroun

Rendue à sa énième édition du 12 mars dernier, l’on a constaté que la croissance de cette maladie évolue sur l’étendue du territoire national. Au Cameroun, les malades d’hémodialyse risquent gros pour leur vie. Le taux croissant de cette maladie au sein du triangle national est de 2,5 millions d’individus, dont plus de 370 mille cas enregistrés dans la ville de Douala. Selon Emmanuel Ella, «cela fait six mois que je souffre d’hémodialyse ;mais quand bien même je me rends à l’hôpital, on me prescrit les médicaments qui, jusqu ‘ici ne m ’aident pas à trouver de soulagement», relate-t-il. D’après lui, son calvaire s’accentue quand il se rapproche des hôpitaux dans lesquels de milliers de patients comme lui, traînent pour leur vie. «Quand vous vous rendez à l’hôpital général, vous verrez des gens versés là-bas comme des fourmis et qui sont en pleurs. Ceci en raison du manque de matériel. Et quand il n ’y a pas de matériel, c ’est la souffrance», fulmine-t-il. Par ailleurs, l’on mentionne que l’hôpital général de Douala dans la capitale économique est la seule structure sanitaire, spécialisée de cette maladie. Compte tenu des moyens qui lui sont propres, au-delà de la prise en charge des patients, l’on révèle malheureusement que «les frais de consultation varient entre 5000 Fcfa ou 10 OOOFcfa. Mais c’est le matériel qui est en manque et le patient n ‘est vraiment pas pris en charge comme cela se doit. Le traitement coûte énormément cher. Il coûte 75 mille francs CFA», confie un malade. Cependant, lors de la journée mondiale du rein célébrée le 12 mars dernier, les experts nationaux et internationaux se sont focalisés sur le thème, «santé rénale pour tous et par tous,prévention, dépistage et accès équitable aux soins de santé».Selon le Dr. Emmanuel Kamdem, néphrologue dans un centre hospitalier privé, la solution est évidente pour prendre en charge 200 mille malades d’hémodialyse dans la ville de Douala. A travers cette maladie l’Etat doit permettre «au secteur privé de l’accompagner dans la prise en charge des patients. Il trouvera un réel avantage à accompagner les centres privés pour que les malades puissent rapidement trouver une solution à leur état de santé. Ainsi,la prise en charge de l’hémodialyse se fera à moindre coût contrairement à ce qu ’on confiait aujourd ’hui», indique-t-il.

Website to visit

Social

  • Mobile Apps