Quand Olanguena traitait Mebe Ngo'o de " Petit Machiavel des tropiques "

L’ancien ministre de la Défense (puis des Transports) va rejoindre dans ce centre pénitentiaire tristement célèbre du Cameroun, un certain Urbain Olanguena Awono, ancien ministre de la Santé publique. Ce dernier a été arrêté en avril 2008 et condamné plus tard à 20 ans de prison ferme pour détournements de fonds publics. Mais Urbain Olanguena Awono n’a pas oublié Edgar Alain Mebe Ngo’o, celui qu’il identifie comme l’artificier de sa chute dans son livre : « Mensonges d’État, Déserts de République au Cameroun », paru en 2016 aux Éditions « Schabel ». Edgar Alain Mebe Ngo’o, ce « petit Machiavel des tropiques camerounaises […] fraîchement débarqué de sa charge précédente de Directeur du Cabinet civil de la présidence de la République qui était le chef de la police, pendant que son grand frère, Ze Meka Remy, occupait la fonction stratégique de ministre délégué à la présidence de la République chargé de la Défense », décrit Olanguena Awono. En 2008 en effet, Egard Alain Mebe Ngo’o est le Délégué général à la Sûreté nationale (DGSN), puissant patron de la police nationale. Et à ce titre, c’est lui qui commande les éléments de la police qui enquêtent et font arrêter son collègue du gouvernement. Cependant, ce n’est pas sa position en tant que DGSN que l’ancien ministre de la Santé publique décrie. Mais plutôt d’avoir « inventé et popularisé l’histoire du G 11 ». Le « G 11 » au Cameroun, c’est « un groupe de personnalités auquel on a attribué, sans raison ni preuve, une dimension complotante avec l’objectif de s’emparer du pouvoir à l’élection présidentielle de 2011 », explique Olanguena Awono.

Social

  • Mobile App