Projet de loi de finances 2019: le secteur privé édifié

Elles ont été présentées lors d’une rencontre avec le Minfi Louis Paul Motaze vendredi au Gicam à Douala. « L’économie, c’est vous qui la faites. Et une administration sérieuse doit juste être une administration de facilitation. C’est-à-dire comment faire en sorte que ceux qui font l’économie la fassent réellement et sans entraves. » Louis Paul Motaze, ministre des Finances s’adressait ainsi au secteur privé ce 2 novembre 2018 au siège du Gicam à Douala. C’était lors d’une réunion de concertation entre le ministère des Finances (Minfi) et les groupements socioprofessionnels. Une rencontre qualifiée « d’historique » et « d’unique » par Célestin Tawamba, président du Gicam (Groupement interpatronal du Cameroun). En effet, Louis Paul Motaze était au Gicam pour deux choses : présenter les observations du gouvernement par rapport aux propositions du patronat sur les réformes fiscales et douanières remises au Minfi le 28 mai dernier lors d’une précédente visite à Douala ; échanger sur le projet de loi de finances 2019. De manière plus spécifique, le ministre a présenté au secteur privé les grandes orientations du projet de loi. Un document qui a tenu compte de certaines propositions du Gicam. Ainsi, concernant la fiscalité intérieure (impôts), sur 83 propositions faites, 47 ont reçu un avis favorable, 24 un avis réservé et 12 sont en perspective ; soit un taux de recevabilité de 71%. Pour la fiscalité de porte (douane), on enregistre 27 avis favorables, 10 avis réservés et 3 propositions en perspective ; soit un taux de recevabilité de 73%.

Social

  • Mobile App