[Politique] Wilfried Ekanga : ‹‹ ne faites jamais confiance à ce régime ››

Membre du bureau politique du Mouvement pour la renaissance du Cameroun en Europe, il fait une autopsie du régime en place au Cameroun. Lire l’intégralité de son analyse. Le Tapé-Dos politique. Ne faites jamais confiance à ce régime ! Certaines personnes ont rejoint le MRC quelque temps avant les élections, parce qu’en marge du vent de la Renaissance, elles espéraient sortir de là avec le supplément d’un poste d’élu local. Mais devant le brusque pied de nez réalisé par Maurice Kamto en refusant de s’arrimer au manège enchanté organisé par Yaoundé, le château de cartes de leur calcul politique s’est effondré comme une termitière mouillée. Leur choc a été encore plus immense que leur surprise. Car ces braves gens n’avaient pas compris que le MRC ne mène pas en premier lieu une politique institutionnelle ou une politique administrative (c’est-à-dire celle où l’on vous fait croire qu’il faut avoir un poste pour commencer à être utile et à parler aux Camerounais), loin de là ! Le MRC mène une politique humaniste complètement nouvelle, qui fait comprendre aux Camerounais que nous sommes tous des hommes et femmes politiques naturels. Souvenez-vous : l’année dernière, même Dieuh le Fou avait posé un puissant acte politique en maculant un mur à la craie avec ces mots : » Si Biya blague, moi Dieuh, je ne blague pas. » Et il fut interpellé, devenant alors le tout premier fou prisonnier politique de l’histoire de l’humanité. Sans être élu, ni membre d’un parti, il avait néanmoins réussi à dominer les gros titres de l’actualité, et à nourrir le débat public, encore plus que bien des gens lucides. C’est donc cela faire de la politique : manifester son indignation légitime devant le chaos dans lequel nous a plongés Biya, où des gens en 2020 n’ont jamais vu d’escalator ni d’autoroutes, et où l’on vous annonce l’émergence dans 15 ans avec une économie à 80% informelle sans aucune voie de sortie. Ainsi, Dieuh le Fou a fait ce que beaucoup de ceux qui se prétendent « normaux » n’ont pas le courage de faire. Et ce jour-là, il était un homme politique. Il avait compris ce que beaucoup de nouveaux venus au MRC n’ont à ce jour toujours pas assimilé. Mais le pire des drames est que leur désarroi les a transformés en proies faciles pour les desseins du régime. C’est ce qui explique leur agressivité soudaine envers un parti dont ils semblaient pourtant encore si fiers hier. Et de façon inexorable, les voilà qui rejoignent le chemin sans retour de l’association : » Insulte Kamto et ta vie changera. » SAUF QUE … Il ne faut pas être prêt à tout pour goûter au plaisir. Ce n’est jamais une bonne idée d’emprunter le bus du Diable pour aller au Paradis. Le RDPC se comporte comme un ami que vous invitez chez vous en compagnie de votre femme, et qui, aussitôt, fait semblant de vous écouter alors qu’il n’a désormais d’yeux que pour elle. Il ne faut pas être un génie pour comprendre que la trahison est dans l’ADN de ceux qui vous ont présenté les plus belles maquettes de l’univers sans jamais les réaliser, ou qui vous ont promis une CAN à 3000 milliards sans vous expliquer le pourquoi du honteux glissement. Ceux qui n’ont jamais pu changer la vie d’un peuple qui leur verse l’impôt ne changeront jamais durablement la vie d’une personne qui leur sert de larbin temporaire. C’est une illusion d’optique ! En somme, quand ton quota d’opposition à l’opposition sera atteint, la récompense que tu croyais obtenir de tes nouveaux maîtres se transformera en brutal rejet, le même que ressentit Judas lorsqu’il se rendit compte qu’il ne servait plus à rien aux Pharisiens et que 30 pièces d’argent n’étaient même pas à la hauteur du service rendu. Le Maire Joseph Espoir Biyong, qui n’est pourtant pas du MRC, vient encore de vous le rappeler (après l’avoir lui-même appris à ses dépens) que la dictature n’a pas d’amis. La dictature n’a que des pions de circonstance. Elle ne se contente pas de s’en séparer, comme tour ex compagnon qu’on respecte malgré tout. Quand elle n’en a plus besoin, elle leur broie plutôt les os jusqu’à n’en laisser qu’une pâte visqueuse et irrécupérable. EN BREF : En se voyant trop beau pour un petit prix, on se retrouve trop laid pour un prix énorme. Les Grecs anciens racontaient l’histoire d’un homme-oiseau nommé Icare, dont les ailes furent brûlées pour avoir voulu s’approcher un peu trop près du soleil. D’ailleurs aujourd’hui encore, à 20 km de la ville de Samos où naquit Pythagore, une île grecque porte son nom en mémoire de sa grosse bêtise : Ikaria. Alors prenez garde à ne pas être les Icares du Cameroun. De plus, ce que vous pensez être le soleil n’est ici en réalité qu’une fournaise mortelle, installée par ceux qui n’attendent que le moment de vous balayer quand ils en auront fini avec vous, alors que vous aviez mis en eux vos espoirs. Car on finit toujours trahi par ceux pour qui on a trahi d’autres personnes. Soyez intègres et assumez vos choix, avec leurs risques et leurs périls. Ou laissez-vous taper-dos. Ce sera mémorable ! EKANGA EKANGA CLAUDE WILFRIED (Si ton ami regarde ta femme pendant que tu lui parles, il est temps de rompre cette amitié lugubre)

Website to visit

Social

  • Mobile Apps