[Politique] Wilfried Ekanga : le régime d'Etoudi veut ‹‹ isoler soigneusement Maurice Kamto ››

Selon l’analyste politique Wilfried Ekanga, le pouvoir de Yaoundé cherche à pousser vers la porte de sortie du MRC, toutes ses têtes qui soutiennent Maurice Kamto. Ce n’est pas la première fois où Wilfried Ekanga commet une tribune dans ce sens. Il est persuadé du fait que derrière les démissions des cadres du MRC, se trouve la main du régime. Il croit savoir que c’est en fait un agenda qui a été mis en place. Parce qu’il faut à tout prix démontrer à l’opinion que le MRC est un parti des Bamilékés. Retrouvez ci-dessous la tribune de Wilfried Ekanga Les traîtres du régime LES LIMBES DE LA DIVERSION Je l’avais déjà écrit ici le mois dernier : le régime d’Etoudi a un agenda MRC à savoir : isoler soigneusement Maurice Kamto. Yaoundé entend pousser et encourager vers la sortie toutes les têtes d’affiche qui le soutiennent, afin qu’il se retrouve seul comme Diogène dans les rues de Corinthe. Et dans ce canevas, la préférence est portée sur les têtes d’affiche qui ne sont pas Bamiléké. Ça leur permettrait de brandir le MRC sur le gibet en le taxant aux yeux du public de « parti tribal » où règne la proximité sociologique. Voilà leur objectif. Ils en rêvent d’ailleurs tellement qu’ils ont commencé à ne même plus se cacher et à le dire. « BIENTÔT TOI AUSSI TU VAS QUITTER » Et comme je l’avais dit aussi, l’immaturité politique de certains militants surexcités qui confondent détermination et agitation aide le régime dans son projet cynique. Sans le savoir, ces bien-pensants amoureux d’enfantillages de maternelle gesticulent comme des anguilles au moindre accroc, persuadés que l’estampille « traître » résout tous les problèmes et qu’il faut la sortir à tout va, comme un bambin qui a reçu son nouveau jouet. Or les vrais traîtres de la Renaissance sont et resteront toujours ceux qui, pendant que le régime propage une image du MRC dite « extrémiste », adoptent eux-mêmes cette attitude extrême en manquant de recul et de repartie sur certains dossiers sensibles. Car la priorité est désormais de récolter des félicitations boiteuses du type : » Tu avais raison sur X ou Y personnage », alors qu’en fait, la solution aurait pu être trouvée si les gens ne s’affolaient pas comme des piles électriques. Beaucoup de relations auraient pu être sauvées, beaucoup de séparations auraient pu être plus douces, beaucoup de catastrophes déshonorantes – y compris envers d’anciens alliés décédés – auraient pu être évitées si les gens savaient se taire et ne parler que quand ils ont à dire. Il n’y a pas plus traitre que celui qui contribue à un pourrissement inutile pour la seule jouissance de son égocentrisme. LE BIBERON ALCOOLIQUE Et donc, grâce à de tels comportements prépubères issus de certains de ceux qui prétendent protéger Maurice Kamto, le régime a réussi l’exploit incroyable de nous accuser de ce dont il est en fait le principal artisan à savoir : la violence verbale, tribale, administrative, sociale, physique etc… Une surnaturelle inversion des rôles qui ne trouve son explication que dans la collaboration, même involontaire, de super-militants autoproclamés. Ne vous y trompez pas ; et surtout ne perdez pas bêtement votre temps. Vous n’avez pas besoin de dénoncer les traîtres ; ils se dénoncent eux-mêmes par leurs actes et par leurs paroles au fil du temps. Ce sont entre autres ceux qui, exactement comme le régime que nous combattons, n’hésitent pas à se moquer des prétendus « échecs » du MRC et de son chef dans la conquête des libertés en terre camerounaise. Ce sont ceux qui dénoncent, non pas pour construire dans un esprit progressiste, mais pour détruire, pourrir et tourner en dérision, comme s’ils avaient espéré ce dénouement là. Et dans ce registre, un Full un peu fou sera de mon avis. EN BREF : Même lorsque vous êtes sûrs de leur traîtrise, la meilleure façon de vaincre les traîtres est de les ignorer, et ils finissent par s’éteindre de leur propre feu. Car la maison bâtie sur des fondations peu profonde aura une durée de vie peu longue. C’est au contraire quand vous persistez à leur répondre que vous inondez l’espace public de topos inutiles. Vous permettez ainsi au Gang de Malfrats barbares de Yaoundé d’étouffer plus facilement ses actes tribalistes, son braquage des fonds Covid, des fonds de la CAN et l’absence d’audit. C’est quand vous êtes occupés à grandiloquer sur vos faux ennemis que vos vrais ennemis organisent autour de Ngoh Ngoh l’attribution de marchés publics illégaux, et les rétro-commissions qui vont avec. Parce que vous êtes donc distraits jusqu’à la moelle des os, une dictature animale et tribaliste se trace un avenir radieux sous votre nez pour les 39 ans à venir. EKANGA EKANGA CLAUDE WILFRIED ( « La vraie pandémie, c’est Paul Pillard ». En principe, nous pensions qu’une phrase aussi courte était facile à retenir. Hélas, on a surestimé certaines personnes )

Website to visit

Social

  • Mobile Apps