[Politique] Voici comment la CIA a manœuvré pour livrer Ayuk Tabe au Cameroun

C’est le journal La Nouvelle en kiosque ce lundi qui reprend un texte de Mary Winnie Kessie sur l’arrestation du leader ambazonien au Nigéria. Pour celle-ci, le leader sécessionniste a ses patrons avec qui il faut négocier. Pour poser son argumentaire, elle met en branle la morale. « Pour revendiquer on n’a pas besoin de tuer. Ceux qui croient que libérer Ayuk Tabe peut ramené la paix se trompent lamentablement ». Ecrit Mary Winnie Kessie « Ce n’est pas Ayuk Tabe qui est le patron de tout ce qui se passe dans ces deux zones. Il est juste l’un des bras exécuteurs de ce chaud lugubre. En conséquence, pour avoir accepté de donner son pays en pâture et faire tuer des centaines de ses compatriotes, il est condamné pour cela ». Poursuit cette dernière dans la nouvelle. Arrestation Ainsi, quand on arrête Ayuk Tabe au Nigéria, les commentaires vont bon train. Certains accusent même le gouvernement de Buhari de trahison. Dans la foulée, les ONG montent au créneau pour dénoncer son arrestation. L’auteur de l’article cite, Amnesty international, Human Rights Watch… « Mais une fois que ces ONG sont rappelés à l’ordre, c’est leur silence sur Ayuk Tabe… Ayuk Tabe vivait aux Etats-Unis. Il a même acquis la nationalité américaine. Aux Etats-Unis, il commandite des assassinats via des directes Facebook et autres moyens de communication. Il le fait en toute impunité parce que protégé par la C.I.A. donc le gouvernement américain ». Révèle Mary Winnie Kessie Piège « Comment se fait-il que le même Ayuk Tabe quitte les Usa pour se retrouver dans un hôtel à Abuja avec tout son staff pour venir « discuter avec le gouvernement camerounais » qui n’y est pas. Qui a donc piégé monsieur Ayuk Tabe et son staff ? » S’interroge celle-ci. Plus loin, elle répond : « ce n’est ni le gouvernement camerounais encore moins nigérian, mais c’est la C.I.A qui a piégé Ayuk Tabe et son équipe pour le compte du gouvernement camerounais. Est-ce que ça vous le saviez ? Non ! Je ne pense pas. La C.I.A a fait croire à Ayuk Tabe et son staff que le gouvernement camerounais accepte de discuter avec eux, et rendez-vous est donné à cet hôtel ». Secret « La C.I.A planifie tout, organise et exécute ce plan de A à Z en collaboration avec les services très secrets camerounais. Certains agents secrets camerounais travaillaient pour un certain ministre aujourd’hui en prison qui lui aussi travaille pour une certaine opposition et d’autres lobbies…) » Indique celle-ci. Pour cette dernière, il ne sert à rien de demander qu’on le libère. Car, « leurs vrais patrons exigent qu’ils soient livré, c’est ce qui est fait. Seul Biya a le dernier mot », conclut Mary Winnie Kessie.

Website to visit

Social

  • Mobile Apps