[Politique] Vie des partis politiques : le SDF , 31 ans après

Pour plusieurs observateurs, le Social democratic front après plusieurs années d’existence, a perdu son aura politique. 31 années sont passées depuis sa création et pour beaucoup, le Social democratic front (SDF) d’aujourd’hui est différent de celui qui a vu le jour en 1990, «sous le coup d’une marche historique noyée dans une violence policière indicible qui avait laissé sur les carreaux six morts et de nombreux blessés». Le SDF longtemps présenté comme étant le premier parti de l’opposition au Cameroun a fini par perdre son aura politique. Pourtant au tout début de son existence, le parti fondé par le Chairman Ni John Fru Ndi savait drainer la foule. Dans les années 90, le SDF était porteur d’espoir de changement. Cependant aujourd’hui où il continue son bout de chemin, avec des manquements enregistrés ici et là, on s’interroge toujours sur sa capacité à faire encore rêver les camerounais. Lors de la dernière élection présidentielle, le parti avait enregistré le pire score de son histoire. Il a perdu sa place d’éternel deuxième du classement au profit du MRC de Maurice Kamto. Et les dernières élections législatives et municipales ne se sont pas bien passées pour lui. Certains de ses cadres ont avancé la crise anglophone qui a paralysé leur fief électoral. Le Chairman Ni John Fru Ndi a indiqué il y a quelques mois, son désir de se retirer de la direction de son parti et de la politique. Et depuis lors, le parti de la balance est secouée par des guerres internes de succession. Il y a les conservateurs comme le député Nintcheu qui se voit bien reprendre la direction du parti. Et il y a les modérés comme Joshua Osih qui pensent être les mieux placés pour remplacer Ni John Fru Ndi.

Website to visit

Social

  • Mobile Apps