[politique] une cellule pour lutter contre la corruption au FEICOM et dans les CTD

La cellule de lutte contre la corruption a été installée le 19 juin dernier par le ministre de la Décentralisation et du développement local, Georges Elanga Obam.Le ministre de la Décentralisation et du Développement local, Georges Elanga Obam reconnait que les collectivités territoriales décentralisées «sont en proie à la corruption». «Il a surtout conscience que son ministère est né dans un environnement miné par ce péché qu’il appelle « hydre hideuse ». Le challenge pour son administration est d’abord de garder sa virginité», relève le quotidien Le Jour dans son édition du 24 juin 2019.Pour y parvenir, le ministre Georges Elanga Obam a installé ce 19 juin 2019, une cellule de lutte contre la corruption au sein de son département ministériel. L’objectif de cette cellule est de «traquer le vice dans les collectivités territoriales décentralisées (mairies et futures conseils régionaux), ainsi que dans les organismes placés sous la tutelle de son ministère. Il s’agit notamment du Fonds spécial d'équipement et d'intervention intercommunale (FEICOM), du Bureau national de l'état civil (BUNEC) ou encore de l’Ecole nationale de l'administration pénitentiaire (ENAP) à Buea».Le président de cette instance est le Pr Jean Claude Tcheuwa, inspecteur général. Au rang des actions immédiates, «il annonce la mise en place d’une stratégie qui entrera en synergies avec les stratégies des différentes mairies et les stratégies des établissements sous-tutelle du MINDDEVEL». La cellule de lutte contre la corruption est composée «de huit membres qui appartiennent de manière paritaire à l’administration centrale du MINDDEVEL et à la société civile dont les représentants sont supposés plus indépendants», précise Le Jour.

Listen Audio on audio.237story.com

Social

  • Mobile App