[Politique ]un revenant à la mairie de Meyomessala

Pour son poste très convoité de maire sortant de la commune de Meyomessala, il a essuyé les coups bas politiques les plus féroces, subi une campagne médiatique haineuse et virulente de son histoire, commanditée par les « maîtres du quitte que je m’installe » à la tête de l’exécutif municipal de la ville. Contre toute attente, mardi,25 février 2020, lors de la session de plein droit, Christian Mebiame Mfou’ou a rempilé sans far et à la grande surprise de ses adversaires visibles et invisibles.Mardi,Il fallait faire patte blanche, devant les éléments cagoulés du détachement du Groupement polyvalent d’intervention de la gendarmerie nationale (GPIGN), pour avoir accès à la place des fêtes de Meyomessala, noire de monde et sous forte sécurité policière et militaire.Dès 11 heures, tout y est allé trop vite. Au terme des tractations, Christian Mebiame Mfou’ou a été élu à l’unanimité par ses paires conseillers. Seul candidat en lice.Il sera assisté par Eyinga Michel Martial comme premier adjoint, DOKO Alain comme deuxième adjoint, Mme NYANDING, épse MEDOULOU Germaine est troisième adjoint et Madame Ngono Irène épouse Ntomba Olibi Olibi est quatrième adjoint au Maire.Dans la salle de délibération de la mairie et devant un parterre composé de l’ensemble du conseil municipal et des forces vives de l’arrondissement, David Koulbout Aman, préfet du département du Dja-et-Lobo, s’exprimant à la salle des actes de la mairie de Meyomessala, s’est montré incisif sur l’importance de la place d’un maire à la tête d’une commune et donc en charge du développement local. Le préfet a puisé dans l’expérience de celui qui est conseiller municipal depuis 2002, pour ne plus s’attarder sur le rôle du maire qui, a-t-il dit, Christian Mebiame connaît bien depuis près de 20 ans.L’honnêteté et l’intégrité, puis parler aux gens des sujets qui les touchent vraiment ont fait de Christian Mebiame Mfou’ou, la grandeur de ce coup d’éclat. Au cours des tractations, Mebiame Mfou’ou a eu le courage d’aborder de plein front, les sujets d’actualité, il a certes essuyé des critiques et faire des mécontents, mais que cela demeure payant en politique.Le revenant Maire de Meyomessala est franc, audacieux et à l’écoute, et c’est sur ces qualités que les conseillers municipaux lui ont fait confiance. On se souvient,il y a quelques jours,des tires nourris d’une presse visiblement engraissée contre Mebiame Mfou’ou pour tenter de jeter l’opprobre sur ce sujet à la compétence établie et reconnue.En dépit d’une fin de campagne chahutée, Christian Mebiame a été reconduit Maire de la Commune de Meyomessala. Une Commune créée le 26 Juin 1992, née du démembrement de la Commune Rurale de Bengbis et celle de Sangmélima qui d’ailleurs a continué à assurer la gestion de la jeune commune, jusqu’à la tenue des élections municipales du 21 janvier 1997.Cette commune est située dans la Région du Sud, Département de Dja et Lobo, Arrondissement de Meyomessala. Sur le plan géographique, la Commune de Meyomessala est limitée:Au Nord par la Commune d’Endom, Au Nord – Ouest par la Commune de Zoétélé ;Au Sud par la commune de Meyomessi ;Au Sud-Est par la Commune de Djoum,À l’Est par la Commune de Bengbis et À l’Ouest par la Commune de Sangmelima. Cette collectivité territoriale décentralisée, est repartie sur 97 villages dans l’espace rural et 05 villages dans l’espace urbain qui couvrent l’étendue de l’arrondissement dont elle porte le nom. Ces villages sont regroupés en quatre cantons et treize groupements. La Commune de Meyomessala s’étend sur une superficie évaluée à 2516 Km2 et est reliée au chef-lieu du Département par deux voies bitumées ; 50 km en passant par Mezesse et 60 km en passant par Ekong, tandis que Ebolowa le chef-lieu de la région est à 215 km et la capitale Yaoundé se trouve également à 180 Km, toujours sur un axe bitumé.

Website to visit

Social

  • Mobile Apps