[Politique] Un militant du MRC écope de 30 mois de prison

Brice Hilaire Ndiffo était accusé d’outrage au président de la République. Des accusations basées sur des captures d’écran faites dans un groupe Facebook dénommé « les ressortissants de Kekem ». Brice Hilaire Ndiffo, militant du MRC de la fédération communale de Kekem (région de l’Ouest du Cameroun) a été condamné hier mardi 05 octobre 2021 par le tribunal de Bafang. Il écope d’une peine de 30 mois d’emprisonnement, selon plusieurs sources concordantes. Ndiffo était accusé d’outrage au président de la République. Des accusations basées sur des captures d’écran faites dans un groupe Facebook dénommé « les ressortissants de Kekem ». C’est le 07 août qu’il fut interpellé à son domicile par les éléments du commissariat de sécurité publique sous ordre du sous-préfet de l’arrondissement de Kekem. Par la suite il avait fait sceller l’unique pharmacie de la ville qui appartenait à une militante du MRC jusqu’à ce jour les populations ont de la peine à se ravitailler en médicaments. « Haine viscérale » « Le sous-préfet de kekem monsieur Bikié Befilo Alain Serges voue une haine viscérale à l’endroit du MRC. À moi personnellement il avait avoué être venu spécialement à kékem pour décapiter mon parti. Il agit ainsi avec la bénédiction de monsieur Emmanuel Neossi, PDG de Neo Industry et désormais patron de RDPC-VOL dans la circonscription du Haut-Nkam Sud qui couvre l’arrondissement de Kekem. Ce monsieur qui est entré en politique en 2020 par sa nomination comme directeur de campagne du RDPC écrase tous les jeunes qui refusent de se faire monnayer pour rejoindre le RDPC à kekem », indique Pierre Gaëtan Ngankam.

Website to visit

Social

  • Mobile Apps