[Politique] Shanda Tonme : ‹‹ je vénère Paul Biya . C'est n'est pas un dictateur››

L’homme politique a donné une conférence de presse ce 4 août 2020 à Yaoundé. Le président du Mouvement populaire pour le dialogue et la réconciliation ne cache pas sa sympathie pour le vieux lion. Ce mardi 4 août 2020, Jean-Claude Shanda Tonme est devant la presse à Yaoundé. Le président national du Mouvement populaire pour le dialogue et la réconciliation (Mpdr) surfe sur plusieurs sujets lors de cette rencontre avec la presse. Notamment, Paul Biya, le président de la République du Cameroun. L’homme politique dit avoir une grande sympathie pour le locataire d’Etoudi. «Paul Biya, c’est un homme de paix. Ce n’est pas un dictateur. Je respecte les institutions du pays et celui qui les incarne. Si Paul Biya était un dictateur, il ne laisserait pas ces gens faire ce qu’ils font-là. Tu dis que tu as gagné une élection présidentielle et tu refuses d’aller à l’élection locale où tu devrais te courber et ramasser les voix ? C’est ce qui fait dire que ces gens avaient un autre projet pour le Cameroun», clame ce dernier aux journalistes. Sa majesté Sokoudjou Par la suite, il ne cache pas son immense amour pour le vieux lion. « Je vénère Paul Biya, poursuit le Médiateur dans sa lancée», affirme-t-il. Entre autre sujet au menu des échanges la mise en garde du préfet des Hauts-Plateaux au roi des Bamendjou sa majesté Sokoudjou. Pour l’homme politique, il n’y a pas match entre un préfet et un chef de village. « Le premier incarne l’État dans son ensemble alors que le second est l’émanation d’un pouvoir sectoriel, coutumière», poursuit-il. Pendant cet échange avec la presse, il surfe aussi sur le décès de l’ancien capitaine des lions indomptables Stephen Tataw. Mais également, la gestion de la pandémie du coronavirus au Cameroun. Une manière pour Jean-Claude Shanda Tonme d’être présent sur le sol médiatique, bien que l’enjeu le plus important soit la quête des militants.

Listen Audio on audio.237story.com

Social

  • Mobile App