[Politique] Session parlementaire de juin : conclave aux enjeux multiples

Outre l’adoption des lois comme il est de tradition, les parlementaires des deux chambres vont se prononcer sur des dossiers importants qui engagent la vie de la nation. Consacrée à l’adoption des lois et aux questions orales aux membres du gouvernement, la session.du mois de juin qui s’est ouverte mardi dernier au palais des congrès de Yaoundé, intervient dans un contexte marqué par lé scandale des malversations autour de la gestion des fonds du Covid-19. Une actualité sur laquelle, des membres du gouvernement devront être interrogés par les parlementaires des deux chambres du Parlement. Au-delà de la retenue et de la prudence prescrite dans cette affaire qui fait l’objet d’une enquête, députés et sénateurs tenteront certainement de voir plus clair dans la gestion des 180 milliards de Fcfa alloués à la riposte contre le Covid-19 au Cameroun. Dans le cadre de cette deuxième session ordinaire annuelle, il sera surtout question de se pencher sur les nouvelles dispositions de la loi des finances. Les parlementaires devront ratifier l’ordonnance y relative signée par le président de la République les 26 mai et 7 juin derniers, modifiant et complétant certaines dispositions de ladite loi pour le compte de l’exercice budgétaire en cours. Les parlementaires auront également à se prononcer sur la stratégie et les priorités du gouvernement pour le compte de l’année 2022. Ce sera dans le cadre du débat d’orientation budgétaire avec les membres du gouvernement. Cette phase a pour objectif d’éclairer et de renforcer le contrôle parlementaire et citoyen sur l’orientation des finances publiques à moyen terme. Dans cette phase d’échanges, des débats autour de l’accès à l’eau potable et à l’électricité dans les différentes villes du Cameroun s’apparentent aux marronniers qui ne sabraient échapper au menu des sujets d’intérêt majeur. La session qui vient de s’ouvrir dans la capitale çamerounaise connaîtra aussi la tenue du Parlement des enfants. En raison du contexte sanitaire, les députés juniors de la région du Centre seront présents à l’hémicycle du Palais des Congrès, tandis que leurs jeunes camarades issus des autres régions participeront aux travaux par visio-conférence. C’est l’occasion d’aborder des problématiques qui intéressent la jeunesse, notamment la montée de la délinquance juvénile. Du côté de la chambre haute, nul doute que les dénonciations des sénateurs originaires des régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest qui menacent de manifester pour l’implémentation d’une décentralisation effective en zone anglophone feront l’objet de débat. Le président de cette auguste chambre, Marcel Niât Njifenji et ses collègues sénateurs, devront sans doute s’accorder sur les actions à mener en vue de l’implémentation d’une décentralisation accélérée au Nord-Ouest et au Sud-Ouest, mais également dans les autres régions du Cameroun.

Website to visit

Social

  • Mobile Apps