[Politique] Sérail : la guerre des tranchées fait des ravages

Entre publication du nouveau gouvernement, cabales contre des personnalités et calomnies de toutes sortes, plusieurs ministres ont désormais leur sort scellé. Et pourtant… Les réseaux sociaux, les débats radiotélévisés et les colonnes de tabloïds sont inondés de messages des plus apocalyptiques sur certains ‘pontes du régime. Le Cameroun est présenté comme une « République bananière » envoûtée par un gourou. Ajouté à la pandémie du « Covid-19 », ûl ne fait pas bon de vivre au pays de Sam del Eto’o, tant la série noire démarrée il ya peu ne fait que se poursuivre. Après Adoum Gargoum, Alim Garga Hayatou il y a peu, le lander-nau politique vibre encore au diapason de la mort avec deux valeureuses égéries qui ont quitté la scène la semaine dernière : l’ex-première dame Germaine Habiba Ahidjo inhumée à Dakar et Emilia Monjowa Lifaka vice-présidente de l’Assemblée nationale. Pendant que la nation pleutre ses illustres fils, une bonne frange du gouvernement est laminée par les médias. On sail le Cameroun plongé dans le noir, les retards élastiques sur plusieurs chantiers de la Can glissée et la cohorte d’actes de corruption sur la chaine de la dépense publique, mais delà à décrété l’échec de la décentralisation, l’agonie de l’école ou l’impossible décollage économique. Cela n’est , qu’un grotesque mensonge. Tout n’est pas que mauvais dans le premier gouvernement Dion Ngu te. Il y a certes des paresseux, des comploteurs, mais . aussi des bosseurs et des vertueux. Il est illusoire de prédire la prison à tous ceux qui sont audités par les fins limiers du Contrôle Supérieur de l’Etgt (Consupe) si certains gestionnaires croupissent dans les geôles, l’on ne saurait affirmer que tous les ordonnateurs de crédits sont de futurs bagnards. Le Cameroun regorge encore de hauts cadres patriotes, loyaux, intègres, et compétents. Plusieurs ministres, Dg, Députés, opérateurs économiques et fonctionnaires s’inscrivent dans cette logique. En confiant par exemple la gestion du ministère de l’Education de base au Pr Laurent Serge Etoundi Ngoa, Paul Biya savait fort opportunément que l’Education de nos enfants était entre des mains expertes. Le Ministre de l’éducation de basé perçoit ces derniers temps, les sensations haineuses des aboyeurs et autres détracteurs tapis dans l’ombre et qui trament au quotidien des conjurations dans le but de ternir son image. Pour des raisons presque dévoilées par les observateurs avisés, une catégorie d’arnaqueurs soutenus par des aigris et bien des imposteurs ont cru nécessaire de produire des pamphlets à travers les réseaux sociaux et surtout un périodique qui n’a journal que le temps du lynchage d’une personnalité. Des individus usant de la calomnie le chantage et la médisance dans le but de ternir l’image de tous ceux qu’ils considèrent comme leur adversaire politique, lorsqu’il ne s’agit pas des cas de règlements de compte. Parfois, ce sont « des officiers » à la solde de certaines personnalités soupçonnées d’indélicatesse avec le trésor public qui manœuvrent avec l’ambition d’entrainer certains membres du gouvernement vers la route qui conduit à « la guillotine ». Pure sorcellerie ! C’est ainsi que le digne fils Mvog Abena Bidzogo est mensongèrement et injustement accusé par des siffleurs de minuit qui voudraient écorner sa réputation en le présentant à tort comme un individu qui traine des «casseroles » dont le tintamarre devient assourdissant et surtout, l’un des pilleurs des fonds alloués à la lutte contre la pandémie à Covid 19. Que non ! La vérité est toute ailleurs. Fidèle parmi les fidèles du chef de l’Etat, le dynamisme de ce patriarche Etoudi, ses compétences et surtout sa loyauté vis-à-vis du Président Paul Biya semblent choquer les détracteurs. Car après de multiples tentatives de déstabilisation orchestrée par un imposteur qui croyait lui subtiliser .de l’argent à travers des actes d’arnaques passant par des articles de presse n’ayant aucun fondement, Laurent Serge Etoundi Ngoa est resté imperturbable. Le rapport conjoint rendu public par les magistrats de la chambre* des comptes de la cour suprême et les responsables du contrôle supérieur de l’Etat faisant suite des soupçons des détournements de fonds destinés à la lutte contre la propagation du Corona virus semblent servir de par avant à ces hiboux qui pensent désormais jeter l’ananistre de l’Education de base. Les annonces récurrentes d’un nouveau gouvernement aidant, les observateurs avisés affirment que certains aigris et bien des détracteurs s’agitent désormais comme des petits sorciers dans le dessein inavoué de voir cet important soutien actif de l’Homme du 6 Novembre 1982 dans le Mfoundi, éjecté de son fauteuil de membre du gouvernement. L’on se souvient déjà qu’en conformité aux hautes directives du chef de l’Etat relatives à la riposte contre la propagation du corona virus et compte tenue de l’urgence de la situation le Ministre de l’Education de Base avait présidé en début d’année 2020, la cérémonie officielle de réception de la 1ère vague de matériel de lutte contre la covid 19. Il s’agissait de 1000 seaux robinets ; 650 cartons de savon ; 401 005 masques de protection ; des flacons de gel hydro-alcooliques etc… Une seconde et même une troisième vague de livraison du dit matériel s’en ont suivi grâce au soutien des prestataires qui faisaient confiance au Mi-nedub. Alors ne serait-il pas honteux pour les adeptes de la destruction de bien les ennemis du développement de chercher de nouvelles trouvailles malsaines pour espérer détourner ce Zoro du président Biya, dé ses missions. Entre temps les reformes du Pr Laurent serge Etoundi Ngoa parlent d’elles-mêmes. Depuis sa nomination à la tête du département ministériel dont il tient avec maestria les rênes, le secteur de l’éducation de base a connu un réel envol avec le règlement de nombreux problèmes, parmi lesquels : le payement des frais de surveillance et des corrections aux examens. Il y a quelques jours seulement, le collectif des enseignants du primaire du Mfoundi adressait, une lettre au Patron du Minedub et par ricochet le gouvernement de la République, exprimant ainsi sa gratitude suite au payement des arriérés de vacation pour le compte des années scolaires 2016; 2017 ; 2018 et 2019. Comme le stipule cet aphorisme populaire : « le chien aboie, la caravane passe ». Le Minedub sait bien où il va sachant que les attaquent devront pleuvoir tant qu’il est considéré comme l’un des véritables maillons forts du Président qui l’a nommé et qu’une certaine élite voudrait déstabiliser. Dynamique tel qu’il a toujours été présenté par une certaine opinion, le natif de Nkozoa développe au quotidien de nouvelles stratégies dans le sens de l’amélioration, avec en prime la réduction des problèmes des inégalités entre les personnels. Les sous directeurs par exemple, sont désormais gestionnaires de fonds et les directeurs d’écoles ne sont pas en reste. Toute chose qui permet de rester en harmonie avec les procédures de suivi et de contrôle de la gestion administrative et pédagogique des établissements scolaires publics et privés au niveau du primaire. Bien plus Monsieur le Ministre ne ménage aucun effort pour accroitre les nouvelles infrastructures scolaires conformément aux prescriptions du chef du gouvernement et les très hautes directives du chef de l’Etat sur la politique scolaire de ce niveau d’enseignement. Les écoles témoins de Nkozoa et d’Afanoyoa ne sont-elles pas des illustrations palpables ? Alors pour peu que les ennemis du développement lui donnent le temps de pouvoir travailler dans le calme et la sérénité, le Minedub continuera à poser des jalons qui cadrent avec la politique sociale et économique des grandes ambitions, prônée par le Président Paul Biya.

Website to visit

Social

  • Mobile Apps