[Politique] Scrutin de février 2020 : Le SDF le Nord-Ouest et le Sud-Ouest

Le Social Democratic Front (SDF) a perdu le NoSo, d’après ce qui ressort des résultats – non officiels – des élections législatives et municipales du 9 février 2020. Le parti de John Fru Ndi pourrait perdre presque toutes ses communes et députés dans la région anglophone. Conséquence d’une mauvaise stratégie entreprise dans cette partie du Cameroun notamment lors de la campagne électorale. D’après le quotidien La Nouvelle Expression, pendant les deux semaines de campagne électorale, le SDF n’a pas battu campagne dans le Nord-Ouest, brillant par son absence sur le terrain et même sur les réseaux sociaux. Des localités comme Nkambe où, pourtant, règne la quiétude depuis le début de la crise, n’ont pas reçu la visite du parti historique de l’opposition camerounaise La concurrence, elle, ne s’est pas faite prier. A Bamenda, par exemple, des partis comme le RDPC ou encore l’UDP ont bien battu campagne au moment où le SDF a été fantomatique. Le parti en question avait conditionné sa participation à ce scrutin dans les régions anglophones au retour de la paix avant le scrutin. De même, poursuit le quotidien, une autre erreur stratégique a été constatée. Certaines sources au sein du parti d’indiquer que des listes des candidats ayant pris part aux dernières municipales et législatives, ont été reconduites sans primaires ni consultations. A cela s’ajoute la tergiversation du SDF par rapport à la crise anglophone. Des résultats catastrophiques comparés à 2013 Par conséquent, les premiers résultats non officiels montrent que le SDF gagne une seule commune sur les 34 et un siège de député sur les 20. Une performance loin de celle de 2013 période durant laquelle le parti avait gagné 13 dans la région du Nord-ouest contre sept pour le RDPC. Dans le Sud-ouest, en attendant les résultats officiels, tout laisse à croire que le SDF a tout perdu. En rappel, durant le double scrutin, des coups de feu ont été entendus en zone périphérique de Bamenda. Les forces de l’ordre ont été déployées autour des bureaux de vote et dans les rues. Les séparatistes avaient promis de perturber le vote dans la zone anglophone, menaçant de s’en prendre aux électeurs qui iront voter. Dans ce climat tendu, il n’y a pas eu d’affluence de votants. Bamenda comme plusieurs villes des régions anglophones sont restées mortes. De nombreux habitants sont restés cloîtrés chez eux.

Website to visit

Social

  • Mobile Apps