[Politique] Saint Eloi Bidoung : ‹‹ ils sont tué Gervais Mendo Zé ››

L’ancien militant du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (Rdpc) vient en effet de pondre un texte ce dimanche où il rend hommage à l’ancien patron de la Crtv. Qui suis-je moi Saint-Eloi Bidoung, pour écrire des mots, des phrases, des coups de gueules et de griffes avec audace sur le Grand Professeur de stylistique en langue de Molière ; Enseignant émérite dans les Grandes universités du Monde ? Pardonnez mon style, fut-il décousu ou abracadabresque, il est porteur d’un message. Un message que véhicule un témoin des blessures douloureuses de l’histoire de la vie et de la mort d’un homme simple. Camarades, vous l’avez tué! Gervais Mendo Zé n’a pas tremblé devant la mort, sachant bien que c’est le sort qui nous est inévitablement réservé à tous, sans distinction de fortune ou de prestige, d’âge ou de force. Je m’offusque devant ses accusateurs, ces faux apôtres du Système et du régime du renouveau qu’il a servi dans la loyauté, la foi, l’engagement et surtout avec la ferme volonté, la conviction et la détermination de faire triompher les idéaux de Paul Biya, l’élu de son cœur. Je m’offusque contre ces faux justes qui s’érigent en donneurs de leçons de gouvernance. Je m’insurge contre ces redresseurs de torts, ces pécheurs eternels devant l’éternel et pour l’éternité qui troublent l’évangile. « Ne jugez point de peur que vous ne soyez jugé ». Je m’insurge contre ces juges en robes noires avec des têtes de suppôts du diable qui ont longtemps dîné à la table du diable en personne, du diable incarné. Je m’insurge contre ces hommes en soutane qui pendant longtemps ont partagé avec le Grand Prof pas des coupes de vin, mais des coupes de sang, pas du sang de Jésus Christ, mais du sang humain dit-on. Ces hommes qui ont scellé des alliances, des pactes avec Gervais Mendo Zé ; ces hommes qui ont mangé et bu dans le creux de sa main à bouche que veux-tu et à gorge déployée. Ces pseudo « saints » que je n’oserai plus appeler « Monseigneur » pour celui-ci, « monsieur l’abbé » pour l’autre. L’église catholique qui est au Cameroun, la justice camerounaise, l’élite politico-administrative de la Présidence de la République viennent d’ouvrir le bal des sorciers, autour de la mort de Gervais Mendo Zé. Une danse macabre, en présence de Lucifer en personne et de toute sa Cour au grand complet à Yaoundé. Messieurs les Présidents, camarades, Mes Seigneurs, je prie pour vous ! Que le Dieu Tout-Puissant vous pardonne vos péchés et surtout votre ignorance du droit canonique Mes Seigneurs, vous avez péché Le secret de la confession s’appelle le « secret sacramental », secret, qui n’admet pas d’exception et est revêtu « sceau sacramentel » qui garanti son inviolabilité, car ce que le pénitent a manifesté au prêtre reste « scellé par le sacrement » Le comportement peu ou pas très catholique du Clergé catholique romain camerounais, vis à vis des obsèques de Gervais Mendo Zé, prouve que ce dernier aura été à la confession chez l’un de ses faux dévots qui mangeaient à sa main ; qu’il aurait avoué des fautes humaines ou des péchés capitaux comme le recommande la Bible ; et que ces confessions ont été partagés au sein du Clergé. Au grand mépris « secret sacramental » cette attitude prouve que vous avez violé et répandue si ce n’est entre vous, du moins dans le public, ce que ce pauvre homme vous aurait dit et qui était un secret ; Un secret entre lui et un seul prêtre, fût-il Evêque ou Archevêque ; ou Pape. A l’unanimité et sans regarder l’enfer qui vous attend après que vous y ayez conduit des âmes dont vous aviez la charge dans l’abime, vous l’avez condamné. Je confesse Qu’en sera-t-il de vos actes de pédophilie, d’homosexualité, d’adultère, de concussions mafieuses; qu’en sera-t-il de vos appartenances à des loges sataniques, de vos cupidités, du sang qui coulent sur les murs des sacristies (crimes rituels et châtiments démoniaques) et des pleurs que vous étouffez dans les couvents et les noviciats? que fait-on de ces Curés qui parcourent nos villages semant à tout vent désolation, consternation, adultère, bénissant les cocus, faisant des enfants qu’ils ne reconnaissent pas. Que fait-on de cet autre Curé qui a transformé son Eglise et la sacristie en « baisodrôme » de fornication, que fait-on de ceux qui ont institutionnalisé le GOD BUSINNESS ? Où est le pardon pour lequel JésusChrist est mort sur la Croix? Quand les vengeurs sont eux-mêmes souillés. Qui voulez-vous venger, Grand Camarade, Camarades? Qui voulez-vous moraliser? Le mort ou les vivants? La morale n’a de sens que si c’est une valeur commune. N’avez-vous pas lu la Bible ce matin? Elle dit: « Pardonne-nous nos péchés, car nous aussi nous pardonnons à tous ceux qui pèchent contre nous » (Luc 11:4) Avez-vous oublié Camarades, Curés, Juges, les grosses enveloppes bombées que vous alliez souvent prendre à l’aube et au crépuscule, furtivement, chez le « Marioiogue josephologue» au quartier bastos, sans doute le plus grand bailleur de fond des prêtres et de l’Eglise Catholique du Cameroun de ces dernières années, Nous savons tous que l’entrée au paradis est conditionnée par la présentation des œuvres, (Jaques). Des messes ont été dites, messes qu’on croyait dites pour sauver une âme. Quand Saint-Pierre portier du paradis demandera à Gervais Mendo Zé, où sont tes œuvres? Il répondra: Très Saint Père, sur une pierre, j’ai bâti comme toi une Eglise au nom de notre Seigneur. La dévotion à la « Vierge Marie ». Combien sont-ils à pouvoir le dire? Seul Dieu sonde les cœurs et les reins. Et si Gervais Mendo Zé s’était repenti devant son Dieu sur son lit d’hôpital? Allez donc savoir. Les portes de l’enfer se fermeront et celles du paradis s’ouvriront pour magnifier la grandeur de son œuvre sur terre. Grâces éternelles soient rendues à la puissance au-dessus de l’ordinaire des hommes et à l’infinie. Incomparable sagesse de Dieu qui, dans sa grandeur et son mystère, a caché les méandres de la mort à l’Homme. Cette sublime sagesse de Dieu a rendu l’Homme stupide au point que ce dernier ne voit dans la mort qu’un semblable, que banalités, futilités, héritages, succession, vengeance et rétribution ; instants morbides de joies et de fantasmes. J’accuse J’accuse Paul Biya de l’avoir fait arrêté, jugé, condamné, emprisonné et humilié, avec l’honneur d’être mort dans l’ambulance présidentielle. J’accuse Mes seigneurs, pour l’avoir communié sans confession. Je prie que le seigneur vous pardonne vos péchés. J’accuse Mendo Zé d’avoir accepté de dîner à la table du diable avec une courte cuillère. J’accuse Saint Eloi Bidoung pour avoir attendu la mort pour annoncer tout le bien que le Bien mal dozé du R… a fait au camerounais. La France a eu l’Abbé Pierre, l’Inde a eu Mère Theresa, le Cameroun a eu Gervais Mendo Zé pour rependre l’épidémie de charité. Au cours d’un entretien et en parabole, le Grand Prof m’a dit : « le panier de la tortue se remplira avec la tortue elle-même ». Etait-ce une prophétie ? « Wait and see ». Attendons de voir. Et ça, ça va se savoir. Que Dieu te Bénisse Grand Prof. AMEN.

Website to visit

Social

  • Mobile Apps