[Politique ]remises des peines,Paul Biya garde les hommes politiques en prison

Le décret signé le 15 avril 2020 par le Président de la République ne concerne pas cette catégorie de prisonniers. Le Président de la République, Paul Biya, a signé ce 15 avril 2020, un décret portant commutations et remises de peines en faveur de certains prisonniers. Pour l’instant, le nombre exact de détenus devant bénéficier de la décision du Chef de l’Etat n’est pas connu. Cependant, le texte présidentiel donne un tour de vis à l’élargissement de plusieurs prisonniers. Ainsi les personnes condamnées pour atteinte à la sûreté de l'État, ou celles qui le sont suite aux infractions à la législation sur les armes ou même celles dont le jugement n'est pas définitivement prononcé, ne sont pas concernées par cette faveur. «Dans ce cas, Ayuk Tabe et compagnie sont sur la touche. L'autre typologie des prisonniers sur laquelle l'opinion est braquée concerne les prisonniers du MRC avec Mamadou Mota, le plus célèbre d'entre eux. Là aussi, le décret le garde en prison. Lui et certains de ses camarades sont détenus pour avoir été condamnés pour une infraction commise pendant qu'ils se trouvaient en détention. De ce fait, le 1er vice-président du MRC et compagnie en ont pour leurs frais pour avoir été condamnés suite aux émeutes à Kondengui l'année dernière», explique le quotidien Le Messager, dans son édition du 16 avril 2020. Autre constat, aucun prisonnier condamné pour détournement de deniers publics ne bénéficie de la faveur du numéro un camerounais. Ainsi, Marafa Hamidou Yaya (ancien SG de la Présidence et ex ministre de l’Administration Territoriale), Jean-Marie Atangana Mebara (ancien SG de la Présidence), Polycarpe Abah Abah (Ex ministre des Finances), Ephraïm Inoni (ancien Premier Ministre), Urbain Olanguena Awono (ancien ministre de la Santé) et consorts resteront derrière les barreaux.

Website to visit

Social

  • Mobile Apps