[Politique] Régionales 2020 : Elecam au four et au moulin

L’organe en charge de l’organisation de ce scrutin poursuit son exercice d’étude d’éligibilité des dossiers avant de les transmettre au Conseil électoral pour promulgation le 07 octobre 2020, date butoir. CONFORMÉMENT au code électoral actuellement en vigueur au Cameroun, tous les dossiers de candidatures en provenance des quatre coins du pays, sont depuis le 25 septembre 2020, à la direction générale des élections. Il incombe désormais à Election’s Cameroon, de vérifier la conformité des différentes candidatures. Un travail de toilettage qui devra à son terme, élaguer les profils incompatibles à la fonction de conseiller régional, en application des textes et lois de la République, explique une source interne. Et la tension qui monte dans le camp de différentes candidatures n’a pas fini de révéler son lot de surprises. Mardi dernier, au motif de « menaces de mort » dans son unité de commandement, un chef traditionnel de 2ème degré du Nyong et Relié, s’est rendu à Elecam pour demander à être remplacé de la liste des candidats. Une doléance rejetée pour des raisons juridiques, à en croire un responsable d’Elecam. Ce dernier pour expliquer cette décision, affirme que la loi interdit tout retrait ou modification de candidature après le dépôt des dossiers. « Le seul mécanisme prévu par la loi est la mort. D’ailleurs celle-ci doit survenir au moins 30 jours avant l’élection. Une condamnation pénale devenue effective et entraînant la perte des droits civiques et électoraux peut également ouvrir la porte à la démission. Or, dans le cas d’espèce, notre candidat aspire simplement à un désistement. Ce qui est non conforme aux textes qui organisent ce scrutin. », tranche-t-il sentencieux. Le 06 décembre prochain, au terme de cette élection, les conseillers régionaux se constitueront des délégués des départements et des représentants du commandement traditionnel pour un mandat de 05 ans. Ils devront refléter outre le genre, mais aussi les différentes composantes sociologiques dans les différentes régions. Il est à savoir que la course aux différents conseils régionaux nationaux est ouverte à tout citoyen camerounais, jouissant du droit de vote et régulièrement inscrit sur une liste électorale, âgé de 23 ans révolus à la date du scrutin et justifiant d’une résidence effective d’au moins 06 mois sur le territoire dans lequel il postule. Cependant les personnes non résidentes peuvent elles aussi, être candidates à l’unique condition de justifier d’un domicile d’origine dans le territoire concerné. Idem pour des étrangers dont la nationalité camerounaise acquise par naturalisation a déjà excédé 10 ans.

Listen Audio on audio.237story.com

Social

  • Mobile App