[Politique] RDPC : Saint-Eloi Bidoung convoqué devant la commission de discipline

Sa comparution est en rapport avec des actes d’indisciplines lors des élections législatives et municipales du 09 février 2020. Saint-Eloi Bidoung devant la Commission de discipline du Rassemblement démocratique du Cameroun (RDPC) le 24 août 2020. Le militant de base a reçu une correspondance signé de Peter Mafany Musongue. Sa comparution en rapport avec des actes d’indisciplines lors du double scrutin du 09 février 2020. D’après plusieurs militants, si cette Commission avait une existence, il n’y aura pas autant de membres du bureau politique. Ou encore du Comité central et autant de militants RDPC à Kondengui pour des crimes économiques. Saint-Eloï ne se laisse pas démonter « Je croyais que mon président national nous avait donné le meilleur cadeau qui soit : la Démocratie interne. C’est pourquoi, fidèles à mon président national, j’ai toujours exercé cette démocratie interne. Rappelez-vous déjà que lors du dernier Congrès du RDPC j’avais attiré positivement l’attention du président national en proposant ma candidature pour le poste de président national du RDPC. Des conservateurs et des esprits constipés dans le parti avait assimilé cela à un acte de rébellion et d’atteinte à l’intégrité physique du président e la République. Pourtant, je n’avais rien à voir avec le président de la République du Cameroun. Je souhaitais jouer à un jeu de démocratie interne. J’ai été menacé de mort, mes activités ont perturbée par des descentes de police mes enfants ont échappé à des accidents suspects et des tentatives d’enlèvements. Mais je suis resté fidèle aux préceptes de mon président national, malgré la pression des militants par nominations et la dictature des caciques. » A répondu Saint-Eloi joint au téléphone par un confrère. Election du maire la ville: Une candidature torpillée Rappelons que lors de l’élection du maire la ville de Yaoundé, le militant du RDPC avait déposé sa candidature. Sauf la dictature de certains conservateurs du Comité national n’ont pas vu cette intention d’un bon œil. « J’ai été candidat et sans certaines manœuvres suspectes pour repousser ma candidature, je suis sûr que j’aurais pu l’emporter. C’était-il y a six mois. Mais tous cela c’est du passé, c’est la vie. Mes camarades militants de base et moi sommes déjà à autres choses qui serviront et animeront le parti », dit-il.

Listen Audio on audio.237story.com

Social

  • Mobile App