[Politique] RDPC : la farce d'une mutation programmée

Le Rassemblement démocratique du peuple camerounais (Rdpc) au pouvoir depuis 39ans prévoit le« renouvellement de ses organes de base». Une annonce contraire à l’idéologie conservatrice du parti. » Rien de nouveau sous le soleil” ne pourrait- on qualifier sans risque de se tromper la récente annonce du parti au pouvoir émettant Je principe du « renouvellement des organes de base» du groupe. Sauf que ceci relève du déjà vu et du déjà entendu. La formation politique que dirige Paul Biya depuis 1985 date de sa création affiche l’ossature d’un roc immobile planté sur le même sol depuis l’ère de nos aïeux. Au Rdpc rien ne change ! Sauf des mots que l’on manie et remanie le plus souvent avec pour seul espoir d’occuper les foules avec la diversion, l’humour et les promesses jamais tenues. À l’intérieur du parti et même en dehors les langues se délient habituellement pour dénoncer «l’inertie» décriée par Paul Biya lui-même lors d’une allocution de fin d’année adressée à la Nation. Le communiqué du secrétariat général du parti de la flamme daté du 2 mars dernier réveille un fois de plus les remous au sein d’un parti où tout va mal. La jeunesse surtout. Celle- ci peine à s’exprimer aux côtés des caciques du groupe dévoués à ignorer les jeunes pour se maintenir dans les hauts lieux de l’entité. La maison Rdpc rassemble dans ses rangs des retraités de la fonction publique mais qui n’osent prendre du repos pour ne pas laisser à la génération montante la place qu’il lui faut. Alors la nouvelle sur le renouvellement des organes de base émeut très peu de militants et sympathisants du Rdpc régulièrement dépourvus de leurs voix dans l’expression du choix des dirigeants des comités de base, sous- sections et sections. La grosse machine lourde qu’est le comité central dicte tout et contrôle, même des détails qui serviraient à hisser un candidat sans parrain à un poste souhaité. L’élite, la bourgeoisie compradore du comité central positionne ceux et celles qui bénéficient de leur encadrement à diverses strates du parti. On peut donc se poser la question de savoir pourquoi le Rdpc veut changer après tant d’années d’ opacité et de marginalisation de sa jeunesse ? Aucun motif pour réellement convaincre des tierces. Tout se préparerait au rythme de son organisation habituelle connue de tous. Les recommandations, les valises d’argent, les intimidations, le chantage des clans contre les autres formés pour se neutraliser se seraient déjà mis en bande pour lancer le grand défi des égos. Le parti n’a pas changé sa couleur et son fonctionnement. De 1985 à 2021 les mêmes visages signent les actes pour annoncer le changement en grande pompe. Membres du gouvernement, députés, directeurs d’entreprises publiques et parapubliques développent les mêmes discours sur un changement jamais expérimenté. Les grincements de dents, les invectives, les ruptures entre les camarades du même clan bref les luttes pour le pouvoir font le mauvais temps des hommes et des femmes désireux d’avancer au sein du parti. L’achat des positions et l’appartenance à classe des bourgeois passent pour être le meilleur moyen de décrocher une fonction de responsabilité. Les mêmes noms et les mêmes familles s’accaparent du parti, la roue tourne au seul profit de ces derniers qui depuis quatre décennies siègent dans les rangs du parti devenu en réalité une propriété des uns riches, et un calvaire pour la base, celle qui subit et obéit au comité central sans donner son avis sur des questions sur le parti. Que ce soit à l’intérieur du Rdpc ou même en dehors, dans le gouvernement les manifestations du parti au pouvoir épousent peu ou pas les principes de la démocratie. Les mêmes causes produisent les mêmes effets. L’effet de l’annonce sur la mutation au sein du groupe va produire à la place d’un vrai réel changement l’imposition des mêmes personnes, peu importe la volonté de la majorité.

Website to visit

Social

  • Mobile Apps