[Politique] Ngaoundéré : liesse populaire après la victoire de l'Undp aux régionales

Sous la houlette du député Abba Alim, les militants et cadres de l’Undp ont remercié les habitants et électeurs à travers une tournée le 07 décembre dernier. L’histoire du tout premier Conseil . régional de l’Adamaoua, a commencé à s’écrire le 06 décembre dernier, avec la victoire de l’Union nationale pour la démocratie et le progrès (Undp). Le parti dé Bello Bouba a pu glaner 56 sièges contre 14 pour le Rdpc. De quoi s’extasier. «Au lendemain du 06 décembre dernier, nous célébrons notre victoire. C’est une joie, un honneur pour nous de sentir que nous portons le poids de toute la région de l’Adamaoua pour le développement. Je le disais- tantôt, à l’Undp, nous sommes des personnes expérimentées, pétries d’expérience. Si vous regardez bien les compétences qui sont transférées à la région, vous verrez que l’élément essentiel sur lequel les conseillers doivent se baser pour le développement, c’est le plan communal de développement. Or, vous savez que nous avons 21 communes, dans l’Adamaoua, et chacune a son plan de développement. Ce plan de développement contient tous les diagnostics de l’espace urbain et de l’institution même de la commune, jusqu’au diagnostic participatif et aux villages», a déclaré Abbo Hamidou, tête de liste dé l’Undp dabs la Vina. Le long cortege sous bonne escorte d’une impressionnante foule de mototax.is a donc quadrillé la ville de Ngaoundéré, le 07 décembre dernier. De quartier en quartier, chacun-a tenu à être de cet instant historique, à en juger la mobilisation le long de l’itinéraire. Nombreux étaient ceux qui ont immortalisé le passage’de la délégation conduite par Abba Alim. Un présage de la gestion inclusive que souhaite la nouvelle institution, parachèvement de la décentralisation, qu’est le Conseil régional. «Le mot participatif est très important parce-que dans le plan communal de développement, vous verrez tous les problèmes de la base qui sont remontés au niveau de la commune. Et des problèmes qui peuvent être résolus au niveau de la commune le sont, et ceux qui ne peuvent pas être résolus doivent être remontés au niveau de la région. Et la région, en ce moment, doit exploiter tous les plans de développement, pour sortir, au moins pour trois ans, ce que nous appelons le cadre de dépenses à moyen terme (Cdmt). Donç, ce n’est pas le hasard, nous sommes fiers de nous montrer aux yeux de nos électeurs, que nous sommes capables de supporter tout le poids pour le développement de la région», a indiqué Abbo Hamidou. L’Adamaoua, très connue pour le visage triste qu’elle a régulièrement présenté, confiait, depuis l’élection du maire de la ville de Ngaoundéré, un début de métamorphose. Mais, une incertitude commence à planer et certains d’y voir même un feu de paille. Faux, rétorque le: vicë-président de l’Assemblée nationale, Abba Alim. «Non, nous avons compris, ces réalisations viennent de nous-mêmes. Elles ne viendront pas de quelqu’un de Yaoundé. Nous suivons au quotidien nos problèmes. S’il y a des situations que nous ne pouvons pas résoudre, on transmet à la hiérarchie. C’est pour cela que nous sommes allés à la révolution. C’est une révolution commune. Donc, nous mutualisons nos efforts pour développer la ville de Ngaoundéré, la Vina et l’Adamaoua. Ce, pour que d’autres prennent l’exemple id. Aujourd’hui, quand on parle de la décentralisation, c’est pour impliquer la population, de la base», a recadré le député. D’ailleurs, insiste le député, au sortir des élections régionales, il n’est plus question des partis politiques, mais des filles et fils de l’Adamaoua ’tout simplement. A chacun dortc, qu’il soit de l’Undp, du Rdpc, du Pcrn ou de tout autre parti, d’apporter sa pierre à la construction l’édifice. Encore faut-il que, réellement, le grand vainqueur des élections régionales du 06 décembre dernier dans l’Adamaoua, l’Undp, leur donne le feu.vert.

Website to visit

Social

  • Mobile Apps