[Politique] Municipales 2020 : la chute des barons

Les sessions de plein droit en cours, dessinent pour la plupart le crépuscule des fossiles au profit de nouveaux visages dans les exécutifs communaux. Au lendemain du double scrutin municipal et législatif du 09 février dernier, le dessin de la nouvelle carte communale s’apparente, si l’on s’en tient aux premiers résultats, à un véritable cataclysme. Dans la région du Centre où le vent du renouveau souffle avec furie, on assiste à la surprise générale, à des changements d’hommes autrefois inamovibles. Bien que les listes des municipales aient fait la part belle aux caciques des partis, dans plusieurs circonscriptions, la base en chœur, a exigé le vote sanction pour ces personnages surannés. Ainsi, à Yaoundé 1er où Emile Andze plastronnait à la tête de l’exécutif communal depuis 1996, la population lui a préféré Jean Marie Abouna. Une ambiance de déchéance qui a également emporté Otélé Manda, Régine Amougou Noma, Yvette Claudine Ngono, respectivement à Yaoundé 3ème, 4ème et 5ème. Dans la Mefou et Afamba, la mise à l’écart de la liste conduite par Roger Belinga, candidat à sa propre succession à la commune de Mfou, présageait déjà d’un avenir sombre pour les administrateurs municipaux de ce département. Dans ce chamboulement, Ambroise Augustin Evina, autrefois maire d’Esse, a été désillusionné par un jeune loup aux dents acérées. A Olanguina, Marcel Foumena a vu son règne stoppé net par Alphonse Didier Bikoula Bekono. Dans la Mefou-et-Akono, les populations des quatre arrondissements ont opté pour un changement total. C’est ainsi qu’à Mbankomo, Jean Bonaventure Atangana a dû céder sa place à une nouvelle équipe dynamique. A Ngoumou, Antoinne Amie As-souh a été éjecté. Bikok a connu la fin de règne d’Henriette Manga Ndongo, épse Mvondo, pendant qu’Akono mettait fin à l’hégémonie de Marie Hélène Ngoa. Si Dieudonné Zang Mba a réussi à rempiler à Mbalmayo, dans les autres arrondissements du Nyong et So’o, Tobias Ndzie Mveng est tombé à Ngomedzap. Luc Hubert Mvondo a quant à lui mordu la poussière à Mengueme… Des personnes nouvelles sont également annoncées à Nkol-metet et à Dzeng. Une renaissance, à en croire les observateurs de la scène politique, qui ambitionne l’éclosion de nouvelles figures en politique. Ce d’autant plus que le mandat des conseillers municipaux qui s’ouvre, va planter le décor d’une véritable décentralisation. Les maires actuellement élus auront la lourde charge d’implémenter le développement de leur localité respectives à travers l’impulsion de projets de développement participatif. Ce qui a l’avantage de sonner le glas de la gestion nombriliste de ces anciens exécutifs communaux, décriée par une population intentionnellement appauvrie.

Website to visit

Social

  • Mobile Apps