[Politique] MRC : Célestin Djamen ‹‹ j'ai considéré cette libération comme un petit miracle ››

Le Secrétaire national aux Droits de l’homme du Mouvement pour la renaissance du Cameroun a célébré le 23 octobre 2019, une messe d’actions de grâce à Douala. Célestin Djamen voit sa libération comme une grâce de Dieu. Et non comme la magnanimité du Chef de l’Etat. Le Secrétaire national aux Droits de l’homme du Mouvement pour la renaissance du Cameroun (Mrc) est donc allé hier dans la maison du Seigneur pour lui dire merci. «J’ai demandé cette messe d’action de grâce parce que j’ai considéré cette libération comme un petit miracle. Vu les conditions dans lesquelles, le procès du 6 septembre d’abord a pu avoir lieu. Et vu les conditions dans lesquelles, il a été renvoyé au 8 octobre. Et avant le 8, cette décision de M. Biya d’arrêter les poursuites, donc je considère ceci comme une marque de Dieu. Et j’ai eu donc en tant que chrétien, la volonté très profonde de lui adresser mes remerciements très personnels à travers cette messe d’action de grâce», a-t-il déclaré à la presse à la sortie de ladite messe. Rappelons que Célestin Djamen a été arrêté dans le cadre des marches blanches organisées en janvier 2019 par le Mrc. Il avait alors affirmé que les Forces de l‘ordre avait tiré à bout portant sur lui. Aujourd’hui qu’il respire de nouveau l’air libre, il voit plutôt d’un œil positif, ce qu’il a vécu quand il était en détention. Et il porte un message d’apaisement. «Je ne veux pas parler de haine parce que ce n’est pas la place et ce n’est pas mon caractère, je pense tout simplement que ceux qui ont vécu cela doivent le prendre comme des moments riches d’enseignement et d’amour propre. Et j’invite donc que tous mes frères et sœurs camerounais de cultiver la culture de la paix, de la fraternité, et surtout de la fermeté dans les convictions. Je suis sûr qu’un jour le Cameroun se remettra debout comme dans le passé», a-t-il ajouté. Célestin Djamen est sorti de prison le samedi 5 octobre 2019. Ceci à la suite de l’arrêt des poursuites ordonné par le Président de la république.

Website to visit

Social

  • Mobile Apps