[Politique] Mémorandum du MRC : le rejet du Grand-Nord

Une organisation fantôme et imaginaire s’abritant derrière le patronyme de ligue du Grand-Nord fait des dénonciations courageusement inassumées. Les mystérieux signataires de ce tract sont actuellement vomis par l’élite des trois régions septentrionales. A peine le pamphlet a été rendu public par ces individus incapables d’assumer ouvertement leur forfaiture que des réactions toutes aussi tonitruantes que retentissantes, à la dimension de la duplicité du document, en provenance des populations des régions septentrionales, toutes couches sociales confondues, se sont levées en concert pour fustiger cette attitude qui rentre dans la stratégie d’intoxication et de désinformation. Quant aux auteurs dudit tract, Abdoulaye Ado, membre du bureau politique de l’Andp estime qu’il ne s’agit que d’une démarche politicienne du Mrc qu’il doit assumer. L’homme politique soutient que « ce tract qui porte la marque du Mrc est un appel purement démagogique et propagandiste qui n’aide pas seulement la cohésion nationale, mais traduit une méconnaissance criarde de la réalité politique du Grand-Nord dont nul n’ignore les forces en présence ». Al’Undp, l’on reste formel. Selon Aboubakar Sabat, un pilier du parti de Bello Bouba, le faux document en circulation « est une fabrication des Talibans du Mrc à la quête du sensationnel et pour tenter une manipulation de masse ». Dans la foulée, SM Bello Bissadou, Lamido de Mokong et président de l’association des chefs traditionnels du Mayo Tsanaga dit être indigné « que des officines d’un parti politique aient servi une telle prose innommable, sans référence et pas à la hauteur des défis auxquels le septentrion faitface », aussi rappelle-t-il à ces promoteurs du chao, telle une sentence que « le Grand-Nord est capable de tracer sa voie et n’a pas besoin de béquille pour le faire ». Si beaucoup de figures politiques à l’instar de Pabame Zourmba, responsable du Pcrn ou encore Abbo Yero, membre du Fsnc, n’accordent aucun crédit à ce document ; l’on reste tout de moins convaincu que la partie septentrionale du Cameroun reste et demeure le faiseur de rois. Cela, grâce au fait qu’il détient la moitié de l’électorat national. Sous ce prisme, une autre vague d’indignations portées par le sénateur Mamoudou Me-zadou se lève pour voir en cette démarche unanimement attribuée au Mrc, la volonté manifeste de son président national, Maurice Kamto, de déstabiliser le Cameroun. Le parlementaire ajoute que « tous les Camerounais de bonne volonté le savent ». Et de renchérir : « le Mrc ne peut pas passer par les élites du Gand-Nord pour déstabiliser le Cameroun. Sur ce coup, ce parti a menti ». A sa suite, Ousmane Malpetel, membre du bureau politique Pcrn de Meiganga de poursuivre que le dessein inavoué de ce faux mémorandum veut « absolument rallier le Grand-Nord aux causes obscurantistes. De ce fait on ne saurait làisser utiliser la partie septentrionale pour atteindre des objectifs machiavéliques à partir des malheurs de ses populations ». Parlant du probable épanchement des populations septentrionales à la cause du Mrc comme l’indique le pamphlet, la réponse est sans appel : « ce parti n’a aucune base solide ici. C’est juste une machination pour faire asseoir une base », tranche un militant Undp. Une position soutenue par la Jeunesse active du septentrion qui pense, à en croire la voix de son président que la ligue « fait passer le Mrc comme une alternative. Mais un parti qui n’a ni député, ni sénateur, ni conseiller municipal ne peut pas être une alternative. De quel moyen de pression dispose le Mrc pour être la voie de la libération », s’interroge-t-il. Et à Saïdou Maïdadi, secrétaire national à la communication de l’Undp de conclure : « il me semble compliqué de quitter quelqu’un qui a le pouvoir pour s’allier à quelqu’un qui le cherche sans être sûr de l’avoir », ceci en relation au subit amour que la ligue entend lier entre les populations du grand-Nord et le Mrc.

Website to visit

Social

  • Mobile Apps