[Politique] Maroua 1er Hamadou Hamidou réélu maire

En bravade contre le comité central du Rdpc, Hamadou Hamidou conserve finalement le fauteuil de maire de la commune de Maroua 1er, dans la région de l’Extrême-nord. Après la première élection annulée le 25 septembre dernier’ par une décision de la Chambre administrative de la Cour Suprême, le président de la section «Diamaré Centre I» du Rdpc a été réélu pour la quatrième fois consécutive à la tête de cette mairie. C’était le vendredi 30 octobre dernier, à l’issue d’une houleuse session de plein droit du conseil municipal. Bataille En effet, un groupe -de 15 conseillers municipaux issus des rangs du Rdpc et acquis au candidat Youssouf Issa Ballarabé, a décidé de quitter la salle pour protester contre la candidature du maire * sortant, Hamadou Hamidou. Pour eux, ce dernier «désavoué par le Comité central du Rdpc», devait retirer sa candidature et céder la place à Youssouf Issa Ballarabé, son camarade de la même section, désigné «candidat unique du Rdpc» au poste de maire de la commune par la haute instance du parti. Ce d’autant plus que lors des élections primaires au sein du groupe communal Rdpc, Hamadou Hamidou n’a obtenu que 10 voix contre 15 pour son challenger. Face au blocage, le préfet du département du Diamaré, Jean Marc Ekoa Mbarga, a fait constater par un huissier de justice que le quorum était atteint avant de procéder à l’élection du maire et de ses adjoints. Finalement seuls 20 conseillers sur les 35 que compte la municipalité ont sacrifié au vote du maire. Hamadou Hamidou, l’unique candidat en iiôe a obtenu 18 voix, un bulletin nul et une abstention. Il aura comme adjoints Gnakoyom Zahra épouse Hamadou, Hamadou Alh Yaya, Sakdang Moise et Boubakary Souaibou. Il est à noter que le maire sortant bénéficie du soutien des six conseillers du FSNC, d’un conseiller de l’ANDP présents au sein de cette commune. Indiscipline Au sein du Rdpc, l’acte de Hamadou Hamidou et de ses neufs camarades du conseil municipal est considéré comme une énième bravade contre la hiérarchie du parti au pouvoir. «Le fait pour eux de ne pas s’arrimer aux instructions du Comité central est un cas d’indiscipline», soutient une source proche du secrétariat général du Comité central. Lors de la première élection, le maire réélu avait également fait acte de candidature, défiant ainsi la directive du comité central qui stipule qu’«aucune candidature alternative ne sera proposée au vote à la session de plein droit, en dehors de celles qui auront été validées pendant les délibérations au sein du groupe communal Rdpc». Cette attitude a valu à Hamadou Hamidou et à plus de 80 autres militants du Rdpc d’être convoqués par la commission de discipline du parti présidée par l’ancien Premier ministre, Peter Mafany Musonge, au mois de septembre dernier. Et si le maire réélu a échappé à la sanction, la majorité des militants ont été indexés pour avoir pris des libertés vis-à-vis des circulaires relatives à la désignation des candidats en lice pour les exécutifs communaux au sein du parti de Paul Biya. A la suite de cette récidive, tout porte à croire que Hamadou Hamidou sera à nouveau traduit devant les instances disciplinaires. Certains observateurs pensent d’ailleurs que le caractère « récidiviste » de sa défiance pourrait lui coûter au meilleurs des cas une exclusion temporaire ou pire une exclusion définitive des rangs du Rdpc. Au sens de l’article 31 des statuts du Rdpc, l’indiscipline est «le fait pour tout membre du parti de contrevenir aux objectifs du Parti définis à l’article 2 des présents statuts ou de refuser d’appliquer les décisions prises par ses organes».

Listen Audio on audio.237story.com

Social

  • Mobile App