[Politique] Les jeunes de la Lékié-Est suspendent leur militantisme au sein du RDPC

Ils dénoncent, dans une missive, le mépris des grands camarades politiques. Mais surtout de n’avoir jamais bénéficié de la politique du président national en faveur des jeunes. Il y a de l’eau dans le gaz. Les jeunes de la Lékié-Est issus du Rdpc, le parti au pouvoir, ne décolèrent pas. Ils informent, le président national du Rdpc, la suspension de leur «militantisme au sein du Rdpc». En cause, apprend-on, ils «n’ont jamais bénéficié de la politique du président national en faveur de la jeunesse. Notamment les projets (Piassi, Pajer U, Pifma, les formations du Fonds national de l’emploi (Fne). De même que le recrutement de 25000 diplômés à la fonction publique. Les promotions aux postes de responsabilité pour ceux qui travaillent à la fonction publique. Et du plan triennal spécial jeune…», lit-on dans une correspondance datée du 24 août 2019. Ses signataires sont les jeunes responsables politiques de l’Ojrdpc, membres de la section. Aussi, les présidents de sous-sections, membres des bureaux de sous-sections, présidents des comités de bases dans la Lékié-Est. Chapelet de dénonciations En outre, les jeunes responsables de la Lékié-Est recensent les maux dont ils souffrent au quotidien. «Nos efforts et nos sacrifices n’ont jamais été pris en compte. Le mot camaraderie dans notre parti est un vain mot et n’a pas de substance. La délinquance juvénile et la consommation des stupéfiants(…) est la conséquence du chômage. Les seules activités des jeunes diplômés et formés résident dans la débrouillardise (mototaxis, call-box, pousse-pousse…», écrivent-ils. L’indifférence de l’élite En contrepartie de leur militantisme et engagement, ces jeunes recevoir toute sorte d’humiliation. Ils évoquent le mépris, l’humiliation, l’intimidation, l’arrogance, l’indifférence et l’abandon. Par conséquent, ils décident de «suspendre notre engagement politique et notre militantisme au sein du Rdpc». Le but étant que le président national puisse «entendre leurs cris de détresse et leur mécontentement».

Website to visit

Social

  • Mobile Apps