[Politique]les députés émettent des réserves sur la loi des finances rectificative

Le projet de loi portant ratification de l’Ordonnance du 7 juin 2021 modifiant et complétant certaines dispositions de la loi de Finances de l’exercice 2021 a été adopté par les députés ce lundi. Toutefois, ces derniers ont souligné des incohérences dans ledit texte. Au rang de ces parlementaires, l’honorable Joshua Osih du Social democratic front (SDF) qui s’est notamment attardé sur l’Eurobond et les taux d’intérêt y relatifs, la suspension du C2D avec la France. De son côté, le député Koupit Adamou de l’Union démocratique du Cameroun (Udc) a interpellé le ministre des Finances sur la quasi absence de justification de certaines décisions. « Dans l’analyse des motifs des faits, vous nous avez habitués à quelque chose qui m’a positivement marqué, c’est-à-dire l’explication des variations des prévisions. Malheureusement, cette bonne habitude que vous avez adoptée en ce qui concerne la justification des recettes pétrolières vous n’avez pas continué… quand on commence quelque chose on arrête, ça crée la suspicion… la moindre des choses est de nous dire qu’est ce qui justifie cela » a déclaré le député. Il a en outre demandé au Minfi d’expliquer la baisse des recettes non fiscales prévue par l’Ordonnance. « La ligne des recettes non fiscales subit une baisse de 12%…dernièrement on nous a donné des informations sur des entreprises publiques et parapubliques qui ont dégagé des bénéfices importants. On se serait attendus à ce que cette ligne soit plutôt révisée à la hausse. Qu’est ce qui justifie que la ligne des recettes non fiscales subisse une baisse ? » Dans les rangs du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (Rdpc), l’on s’interroge sur les modifications survenues au niveau du prix du baril de pétrole. « Vous nous parlez de boom pétrolier mais nous n’avons pas de chiffre. Notre production annuelle qui nous a permis de remonter avec des recettes est de combien ? Le baril que vous avez calculé est de combien ? Nous ne sommes qu’au 2ème semestre de l’année 2021, est ce que le prix du baril va rester le même ? Est-ce que le prix va augmenter ? Est-ce qu’il y aura une autre Ordonnance ? a questionné l’honorable Nkodo Dang. Taux d’intérêt Des questionnements auxquels le ministre des Finances a apporté plus ou moins des réponses. Louis Paul Motaze a en effet survolé la question relative aux taux d’intérêt des derniers endettements du Cameroun. Un point sur lequel le Gouvernement ne communique presque jamais. « Nous avons contracté un premier endettement de 450 milliards à un certain taux d’intérêt, si c’est pour aller pour le même taux ça ne vaut pas la peine d’y aller. Nous y allons justement parce que nous espérons avoir un taux beaucoup plus avantageux. Maintenant il serait de combien ? Ces choses-là, ce n’est pas un décret que le gouvernement va prendre pour dire que nous voulons un taux de . S’il y a un taux zéro je prends, s’il y a un taux de 1 je prends. Mais tout ce qui est meilleur que 9,5 serait considéré comme une victoire. Nous visons un bon taux et nous espérons que comme nous serons à notre deuxième passage, peut-être que les choses vont s’améliorer. Donc il est très difficile de fixer arbitrairement, parce que c’est une discussion que nous allons avoir avec des gens qui acceptent de vous prêter de l’argent… »

Website to visit

Social

  • Mobile Apps