[Politique]le sous-préfet Didier Bidja cité dans une prétendue affaire de spoliation de terres

Il y’a des affaires qui en disent longues sur la situation foncière et l'abus de pouvoir à Douala 2ème en ce moment. Didier Bidja, puisqu’il s’agit de lui est celui-là même qui, du haut de son magistère de sous-préfet de l’arrondissement de Douala 2ème, est cité dans cette scabreuse affaire de récupérations des terres des riverains de cette zone de l’arrondissement dont il est le chef de terre avec la complicité de certains hommes d'affaires de la ville de Douala. En effet, selon des informations tirées à bonnes sources, cet administrateur civil principal, depuis son arrivée à la tête de cette unité administrative traine de nombreuses casseroles et s’adjuge les terres des riverains sans aucun scrupule ni respect des lois. La situation vient de connaitre une autre tournure vendredi le 07 Aout dernier. En effet, des tensions se sont faites ressentir au Quartier Youpwe, au Camps Tzf(Terrain de la CRTV) ,Quartier Bois des Singes .Puisque, Les riverains et propriétaires ont fait savoir à Didier Bidja leurs mécontentements de voir leurs terres être récupérées alors qu’ils sont titulaires de tous les éléments qui font d'eux les ayant droits de cette parcelle. Il s’en ait donc suivit un échange musclé qui est allé jusqu’au coup de poings entre un propriétaire de terrain et le sous-préfet de Douala 2ème. Cette situation qui fait suite à une descente des services du cadastre, des affaires foncières et ceux de la sous-préfecture de Douala 2ème sur une parcelle de terre derrière le Centre Équestre de Youpwe où nous avons été informé que le MINDCAF a signé une supposé demande de concession de 15 hectares à sa Majesté SAME Bébé Chef du Quartier Youpwe sans consulter ni les habitants du Quartier ni les riverains. s’il n’en était encore besoin de le souligner, qu’il existe de nombres litiges fonciers dans cette arrondissement beaucoup plus causés par la sous-préfecture et ceux en charge de l'immatriculation des terrains (Mindcaf), il semble se dire que depuis l'accession au poste de sous-préfet à Douala 2ème , il ne passe une journée sans qu’on ne soit en face d’un litige foncier. Par la même occasion, la responsabilité des chefs traditionnels est aussi indexée puisque selon notre source, plutôt très bien introduite, il semble que grâce à sa position de « chef de terre », en l'espace de 2 ans seulement, il a changé à plus de 5 reprises les chefs dans le Quartier Bois des singes, un quartier habité et développés majoritairement par les communautés Nordistes et anglophones, mais curieusement, fort est de constater qu'aucun Nordiste ni Anglophone n’a été fait simple chef de bloc malgré le fait qu'en réunion de sécurité l'attention du chef terre a été tiré face à ce comportement. Paradoxalement, Il fait le choix de ses petits amis avec pour prime, de fortes sommes d’argent et des milliers de mètres carrés de terrain. Il a d'ailleurs baptisé un Quartier au bois des singes(Cité des Ministres)ou lui-même a plus d'un hectare de terrain et dit à qui veut l'entendre qu'étant à Bafoussam, il a réussi à arracher le terrain du Chef Supérieur des Bafoussam Sa Majesté Ouambo et que c’est n'est pas le terrain des Douala qu'il ne pourra pas arracher. Aussi, il semble s’avérer que dans sa besace, et du fait de ses multiples fourberies, il a mis au-devant un projet de construction du Lycée de Newbell et la récupération du terrain de la crtv située au Camps Tzf entre le Quartier Nkogmondo et Bonapriso d'où il a fait partir les riverains sur plus de 3 hectares avec l'aide des forces des maintien de l'ordre ,mais le résultat reste très désolant parce que les 3hectares de terrains ont été partagés entre entre Didier BIDJA ,les administrateurs du Mindcaf, et ceux de la préfecture du Wouri et la plus part de l'espace vendu entre 250,000 FCFA et 300 000 FCFA le mètre carré laissant quelque milliers de mètres à la CRTV et au fameux Lycée. Notre source nous indique que la CRTV revendique l'ensemble de son espace initial pendant qu'un mouvement d'humeur entre les anciens habitants des lieux ayant compris le jeu trouble du sous-préfet Dr. Didier Bidja et les forces de l'ordre. En moins de 3ans en service a la tête de l'arrondissement de Douala 2eme, le Dr. Didier BIDJA compte à son actif , 8 appartements construits dans la zone de youpwe, 1 immeuble Bati au Quartier Nkolmitag, des hectares de terrains dépossédés injustement. Une situation qui a eu le mérite de créer le courroux des riverains qui estiment que cela a assez duré. Son zèle exacerbé va jusqu’à un point où il estime être protégé par le gouverneur de la région du littoral voire même le directeur du protocole de la présidence Simon pierre Bikele. Comme si cela ne suffisait pas, il va plus loin en utilisant son état-major pour influencer ses administrés pour récupérer les terres de ses derniers. Pour preuves, certains fonctionnaires de police à l'instar de ceux du commissariat du 2ème arrondissement et le GMI même de la Brigade de Ngangue sont devenus des propriétaires terriens au Quartier Youpwe et Bois des Singes pour avoir assisté le Chef de terre a les arracher. Pour preuve, à peine arrivé à Douala, il a créé une réunion des Etats-Unis major de Douala 2 ou chacun cotise minimum 200,000 FCFA. Le ras-le-bol est donc généralisé et les populations veulent mettre cette affaire au clair. Il est aussi à noter qu’après sa sortie de l’école normale d’administration et de magistrature(ENAM), le sieur a passé pas moins de 9 ans comme chef d’âge du fait de sa prétendue indiscipline. Mais grâce à quelques strapontins notamment un certain Dr Essola et la défunte Maire de Douala 5ème Madame Françoise Foning, il sera nommé Sous-préfet à Bafang. De là, il se fera un carnet d’adresse considérable avec en tête de proue le gouverneur de la région du littoral de l’heure qui va user de son relationnel pour le faire devenir sous-préfet à Bafoussam 1er. C’est donc de là qu’il quittera pour devenir « chef de terre » à Douala 2ème. Celui qui ne manque pas e dire à qui veut l’entendre qu’il est sous la protection d’Ivaha Diboua semble oublier que la loi fera parler d’elle un jour au profit des malheureuses populations qui sont spoliées. S’il s’avère que ses informations sont proches de la vérité, il est clair que l’on est en face d’un abus de pouvoir mêlée à une spoliation tous azimuts des terres des honnêtes citoyens qui se chiffrent à des dizaines d’hectares.

Listen Audio on audio.237story.com

Social

  • Mobile App