[Politique ]le Maire de Bazou sous l'arbre à palabre

Dans un cadre de concertation élargie visant à développer la municipalité, le maire est face aux populations qui espèrent les meilleures conditions de vie en 2021. Il est 16 heures, le 30 décembre dernier. La case communautaire de Bazou sert de cadre à la concertation. Des populations prêtent une oreille attentive à l’objet de la rencontre. Tel au prétoire, le maire, Dr Frédéric Djeuhon, aux côtés du représentant du préfet du Ndé, plaide pour son « ambitieux plan de développement ». L’annonce est faite pour le projet de construction d’un marché moderne qui coutera 300 millions et d’une « cité communale » de 40 appartements d’un montant de 400 millions Fcfa financé par le Fonds spécial d’Equipement et d’intervention intercommunale (Feicom). Il s’agira aussi en urgence, d’après le premier magistrat de la ville, d’apporter une solution durable aux problèmes d’eau et d’électricité en optant pour le captage d’eau au niveau des sources non exploitées et d’installer des lampes solaires dans des zones jusqu’ici non éclairées. L’on note la présence du député du Ndé, Honorable Tchagna Jacqueline Rêve Love, des premier adjoint et deuxième adjointe de la mairie de Bazou. Les rois des Bazou, des Bagnou et le représentant du roi des Balengou répondent à l’appel. En près de 30 minutes d’exposé, les participants sont invités au jeu de questions-réponses. Les chiffres La municipalité est endettée à près de 400 millions Fcfa. Cet endettement est dû au prêt contracté au Feicom pour l’acquisition de la flotte d’engins de génie rural. Le maire se félicite d’avoir obtenu un rabattement de plus 500 millions de cette dette qui plafonnait à près d’un milliard Fcfa. Le stock de la dette salariale est de 13 mois et qui selon le chef de l’exécutif, est une « situation déjà régularisée auprès la Caisse nationale de prévoyance sociale (Cnps) ». De l’autre côté, les recettes propres de la commune ne sont qu’à 45 000 Fcfa, peut-on lire dans le compte administratif adopté en 2019. Pour des stratégies de financement des projets annoncés, le maire souhaite que l’on le juge sur les faits. Il compte relever l’assiette fiscale en mettant en exécution son plan de régulation du permis de construire à 500 000, 300 000, 150 000 et 50 000 Fcfa, selon la catégorie. Dans le même ordre, il sera question de commencer à exploiter les forêts communales en l’occurrence celle qui s’étend sur 300 hectares dans le groupement Balengou et qui à terme, viendra booster les recettes communales. Le ministère de la Décentralisation et du Développement local (Minddevel) accorde une dotation annuelle de 100 millions Fcfa aux communes du Cameroun à l’effet d’entretenir des routes rurales. A Bazou, la donne change avec l’ère Frédéric Djeuhon. Le nouvel exécutif préfère orienter désormais cette dotation pour les activités génératrices de revenus : à savoir le financement des travaux de construction du marché qui « fera briller Bazou, chef-lieu de l’arrondissement». Prenant la parole, à son tour, l’Hon. Tchagna Jacqueline Rêve, s’engage à accompagner la commune de Bazou ainsi que les trois autres communes sœurs du Ndé en trouvant des ressources devant permettre de mettre en œuvre des projets maturés. Le happy end est célébré par les populations qui félicitent et encouragent cette démarche participative.

Listen Audio on audio.237story.com

Social

  • Mobile App